La montagne, accessible à toutes les roues?

Souhaiteriez-vous que la voie Camilien-Houde soit réservée aux cyclistes les dimanches matin de la fin mai à la fin septembre?
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Souhaiteriez-vous que la voie Camilien-Houde soit réservée aux cyclistes les dimanches matin de la fin mai à la fin septembre?
Vélo Québec invite depuis jeudi dernier sur son site Web les amateurs de vélo à répondre à l'appel suivant: souhaiteriez-vous que la voie Camilien-Houde soit réservée aux cyclistes les dimanches matin de la fin mai à la fin septembre?

Le but? Créer «Les matinées vélo mont Royal», une célébration et une initiation à l'ascension de la montagne en petite reine qui, par ailleurs, couperait aux voitures l'accès est du parc, laissant seul ouvert aux motorisés le chemin Remembrance du côté Côte-des-Neiges.

La question, lancée sans tambour ni trompette, crée pourtant déjà son lot de remous et de grincements de dents en coulisses. Le projet cycliste relance la question de l'accessibilité du parc au plus grand nombre. À qui doit profiter la montagne? Aux deux roues, aux quatre roues, aux marcheurs?

«Notre projet ne vise qu'à sonder les cyclistes pour voir ce qu'ils en pensent. On verra au bout d'un mois les résultats, mais d'après nous, ça ne prive d'accès les voitures qui pourront toujours se rendre au Lac des Castors par l'ouest. Le problème avec Camilien-Houde, c'est que c'est devenu une voie de transit», défend Suzanne Lareau, directrice de Vélo Québec qui pousse ce projet auprès de la ville depuis cet hiver.

Or, limiter l'accès à la montagne, le week-end, durant toute la belle saison, donne de l'urticaire aux Amis de la Montagne. L'organisme qui tâche depuis près de 30 ans de protéger le mont Royal pour en faire un joyau pour les Montréalais ne voit pas d'un bon œil que les usagers «moins mobiles» se voient ainsi barrer la route par des «cyclistes d'élite».

«On parle quand même de 18 fins de semaine de la fin mai à la fin septembre. L'accès au parc est déjà difficile par autobus. On trouve que ça hypothèque encore davantage l'accès à la montagne pour le grand public, et cela, pour un groupe restreint de cyclistes», soutient Sylvie Guilbault, directrice générale des Amis.

Cette dernière est d'autant plus échaudée que le Chemin Olmstead (fameux chemin des calèches) et le futur sentier de ceinture du mont Royal sont déjà des voies cyclables, dont jouissent les amoureux du vélo, tout comme les randonneurs. Ne serait-il pas plus simple d'améliorer le marquage sur la chaussée, ajoute Mme Guibault, pour améliorer la cohabitation auto-vélo sur cette montée?

 «Le vélo a déjà une place de choix sur la montagne et on peut dire que le chemin Camilien-Houde, ce n'est pas une montée donnée à tout le monde. Que vont faire les familles, les personnes âgées qui veulent faire un pique-nique?», pense-t-elle.

Interpellée, la Ville de Montréal n'aurait pas fait encore son lit, mais des sources nous disent sous le couvert du manteau que l'idée ne passe pas. «Le résultat, c'est l'exclusion. Alors que le but du parc, c'est d'offrir la montagne à tous. Soyons francs, la voie Est est la plus utilisée. Le jour où on fait ça, les gens vont carrément décider d'éviter les problèmes et aller ailleurs», indique une d'entre elles. La dernière enquête de fréquentation effectuée en 2006 évalue à 5 millions par année le nombre de visiteurs sur le mont Royal.

Jusqu'ici, 450 amateurs de vélos ont appuyé l'appel lancé par Vélo Québec, mais l'organisme se donne jusqu'à la fin juin pour dresser le bilan de son opération séduction. Le projet prévoit d'ailleurs le maintien du transport collectif sur la voie Camilien-Houde, pendant ces fameuses matinées. «Ce serait comme une sorte de rendez-vous hebdomadaire du vélo, comme il y a en a sur les berges de la rivière des Outaouais, ou autrefois sur les quais de Paris. Oui la côte est musclée, mais c'est accessible à tous», maintient Suzanne Lareau.

Et vous, que pensez-vous de réserver le dimanche matin aux vélos sur la voie Camilien-Houde?
5 commentaires
  • Denise Bélanger - Inscrit 3 juin 2014 05 h 14

    Le Mont Royal

    La montagne, c'est pour tout le monde surtout le weekend!

  • Marie-Michelle Poisson - Inscrite 3 juin 2014 06 h 29

    Détente ou performance?

    Les grands parcs de Montréal doivent-ils donner priorité aux usagers montréalais désirant avoir un accès de proximité à des espaces verts polyvalents dédiés à la détente et au sport amateur convivial ou bien ces trop rares espaces verts urbains doivent-ils faire place nette pour permettre des activités sportives d'élite qui se caractérisent par la vitesse et la violence du mouvement et qui nécessitent de se fait qu'on sécurise les lieux pour éviter les incidents malheureux avec d'autres usagers plus lents et moins alertes (ex : jeunes enfants, personnes agées, handicapés...) Il y a déjà un sérieux conflit d'usage sur le chemin Olmstead où des cyclistes "performants" reconnaissables à leurs cuissards bariolés dévalent les pentes le dimanche en faisant du slalom entre les bambins qui font leur premiers pas et les petites vieilles qui donnent à manger aux écureuils. Sans compter la nouvelle mode de joggers qui s'entrainent sur le Mont-Royal comme dans un boot-camp pour cromagnons en s'agrippant aux arbres et en dévalant les escaliers à quatre-patte la tête la première en bousaculant tout le monde. Nous avons déjà perdu l'usage du parc de l'Île-Ste-Hélène au profit de promoteurs d'événements totalement incompatibles avec la quiétude des lieux; F1, concerts de musique techno tous les dimanches, méga-concerts rock, et j'en passe! Alors que dans les années 90 ce site magnifique accueillait des familles pour les pic-nics et la baignade il y a maintenant trop d'événements majeurs attirant des foules de gens de l'extérieur de Montréal, faisant ainsi perdre aux montréalais le peu d'accessibilité aux espaces verts publics qu'ils ont pourtant fait aménager à grands frais avec leurs taxes. Je milite en faveur de l'accès gratuit, agréable et constant aux parcs publics pour des activités conviviales libres et compatibles les unes avec les autres dans le respect mutuel. Une réflexion sérieuse doit être faite; nos grands parcs doivent demeurer verts et publics!

  • Bernard Terreault - Abonné 3 juin 2014 08 h 27

    OUI

    Il n'y a aucune raison de laisser les autos utiliser cette voie qui devrait être réservée aux promeneurs, aux cyclistes età une navette menant au chalet (et bien entendu aux véhicules d'entretien du parc et aux policiers et pompiers).

  • Paule Bachand - Abonnée 3 juin 2014 14 h 31

    le vélo c'est bien, mais...

    ... circuler c'est mieux que ce soit à pied, à cheval ou en voiture. La montagne appartient à tous les montréalais Il y aurait sans doute lieu de prévoir des voies réservées à chacun.
    Les cyclistes de Vélo Québec pense-t-il aux familles qui viennent pique-niquer, qui pour transporter tout ce beau monde doivent prendre la voiture; aux personnes âgées qui ne peuvent faire la montée à pied, eux aussi aimerait profiter de la montagne avec leurs enfants; ma réaction en est une d'exaspération face à ce désir de main mise, de bonne conscience qui ignore les besoins des autres. Il y a une limite à ne pas franchir,
    la voie publique appartient à tous, qu'on cherche à accommoder tout le monde c'est bien mais exclure c'est détestable!

    Paule Bachand, Montréal

  • Jean-Yves Benoit - Inscrit 3 juin 2014 18 h 48

    Les matinées vélo mont Royal

    C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance du projet de Vélo Québec de réserver la voie Camillien-Houde aux cyclistes les dimanches matins, de la fin mai à la fin septembre.

    Avec intérêt puisque je suis un passionné de vélo de route depuis de nombreuses années, ce qui m’amène notamment à grimper la mythique voie Camillien-Houde à de nombreuses reprises au cours de la saison de vélo, comme de nombreux autres cyclistes à la recherche de défis et de dépassement.

    Avec intérêt également puisque je suis un amoureux inconditionnel de la montagne, et de ce qu’elle représente au cœur de Montréal et dans le cœur des Montréalais. Je suis en outre un gouverneur des Amis de la montagne et j’ai travaillé pendant 19 ans sur le mont Royal, notamment à titre de directeur général du Centre de la montagne.

    Or je partage entièrement la position des Amis de la montagne sur la nécessité de préserver l’accès public du parc du Mont-Royal. On ne doit pas priver les Montréalais et les touristes de cette importante porte d’entrée. Au passage, je salue les travaux qui ont été réalisés jusqu’à maintenant, et qui font en sorte que la voie Camillien-Houde et le chemin Remembrance ne sont plus une autoroute, un triste héritage de nos années sombres en aménagement urbain.

    Pour être honnête, en tant qu’adepte de vélo de route, ce n’est pas la cohabitation des cyclistes et des automobilistes qui me gêne lorsque je m’entraîne sur le mont Royal. À cet égard, je n’ai jamais eu d’expérience désagréable ou traumatisante. C’est la piètre qualité de la chaussée et le peu d’efforts investis pour mettre en valeur un circuit d’entraînement de haut calibre, emprunté par les plus grands cyclistes de la planète. Les célèbres cols du Giro et du Tour de France sont quotidiennement empruntés par des centaines de cyclo-sportifs, sans que le bitume ne soit pour autant interdit aux automobilistes.

    À mon avis, l’intérêt pour une sortie en vélo de route emballante sur le mont Royal n’est pas de monter