​11 millions pour retaper les pataugeoires et piscines de Montréal

Les arrondissements, qui sont responsables de la gestion des équipements aquatiques, ont jusqu’au 28 mars pour soumettre leurs projets de rénovation à la ville centre. 
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Les arrondissements, qui sont responsables de la gestion des équipements aquatiques, ont jusqu’au 28 mars pour soumettre leurs projets de rénovation à la ville centre. 
Indispensables lors des canicules d’été pour rafraîchir les petits baigneurs, les pataugeoires montréalaises sont dans un piètre état. Plus du tiers d’entre elles ne sont pas munies d’un système de filtration et de façon générale, les 116 bassins pour enfants du territoire montréalais affichent un indice de vétusté de 94,3 %. 

Mercredi matin, le comité exécutif de la Ville de Montréal a donné le feu vert à un plan d’investissement de 11 millions de dollars échelonné sur trois ans pour la modernisation de ses installations aquatiques. 

Ces investissements étaient fort attendus. 

Montréal compte 88 piscines intérieures et 76 piscines extérieures, en plus des 116 pataugeoires et 99 jeux d’eau. Or, si on exclut les jeux d’eau, 67 % des équipements aquatiques montréalais ont été construits avant 1980, signale la Ville. Et les pataugeoires sont les plus mal en point. Leur indice de vétusté atteint 94,3 % alors que le taux recommandé pour le maintien des actifs est de 20 %. 

De plus, 40 des 119 bassins pour jeunes enfants sont de type «empli vide», n’étant pas munis de systèmes de filtration. Ainsi, elles doivent être remplies d’eau chaque matin, traitées au chlore au cours de la journée, puis vidées le soir. 

«Du point de vue environnemental, ce n’est pas intéressant d’utiliser autant d’eau et de rejeter des produits chimiques dans l’environnement», a reconnu Luc Denis, chef de division à la Direction des sports et de l’activité physique, lors de la réunion du comité exécutif mercredi matin. 

Les arrondissements, qui sont responsables de la gestion des équipements aquatiques, auront jusqu’au 28 mars pour soumettre leurs projets de rénovation à la ville centre. 

Les pataugeoires ont encore la cote 

La priorité des interventions sera accordée aux pataugeoires. Celles-ci pourront être dotées d’un système de filtration, transformées en jeux d’eau ou démolies. 

Il peut être tentant pour la Ville de convertir toutes ses pataugeoires en jeux d’eau automatisés, une option plus économique puisque la surveillance n’est plus requise. Mais dans son Plan directeur des équipements aquatiques publié en 2012, la Ville notait que les pataugeoires présentaient un attrait pour les petits qu’il ne fallait pas négliger. 

Dans une prochaine phase d’investissements, la Ville de Montréal entend aussi améliorer l’offre en matière d’équipements aquatiques. Selon Luc Denis, 25 % de Montréalais ont un accès limité aux piscines intérieures, notamment ceux d’Anjou, L’Île-Bizard-Sainte-Geneviève, Pierrefonds-Roxboro et Verdun.