Enfin, de vrais stationnements pour vélos!

La Vélostation de la gare de train de banlieue de Deux-Montagnes peut recevoir 78 vélos.
Photo: Agence Métropolitaine de transport La Vélostation de la gare de train de banlieue de Deux-Montagnes peut recevoir 78 vélos.
C'est un «super stationnement» de vélos dont rêvent tous les cyclistes: un abri fermé, qui protège les bicyclettes du vol et des intempéries. Cette Vélostation vient d'ouvrir ses portes à la gare de train de banlieue de Deux-Montagnes, dans la couronne nord de Montréal.

À peine lancé, le service fait déjà salle comble. Les 78 places de stationnement, offertes depuis le début du mois de juillet, ont été réservées en trois semaines. Pour y accéder, il faut s'inscrire gratuitement auprès de l'Agence métropolitaine de transport (AMT). La carte Opus + permet aux abonnés de déverrouiller la porte du stationnement.

«Le stationnement de voitures est déjà saturé à cet endroit. On veut inciter les gens à se rendre à la gare à vélo plutôt qu'en auto», dit Brigitte Léonard, porte-parole de l'AMT.

Vélo Québec se réjouit de cette initiative. «On espère qu'il y en aura d'autres», dit Marc Jolicoeur, directeur du développement chez Vélo Québec.

L'AMT prévoit aménager une autre Vélostation au métro Longueuil, si le projet-pilote de Deux-Montagnes se montre concluant. La Société de transport de Montréal (STM) s'apprête aussi à ouvrir un abri pour vélos au métro Lionel-Groulx.

On en veut encore plus

Ce type d'abri pour vélos sera particulièrement utile en hiver: pas évident de stationner un vélo dans un support extérieur en pleine tempête de neige. Les cyclistes d'hiver sont de plus en plus nombreux, en banlieue comme dans les rues de Montréal.

Même en été, il est parfois compliqué de trouver un endroit où verrouiller son vélo en ville. On ne peut pas laisser son vélo n'importe où, il faut le stationner à un endroit où c'est permis. Et à l'abri des voleurs...

Ça serait bien plaisant d'avoir des abris de vélo un peu partout en ville, non? Pourquoi faut-il encore garer son vélo sur un trottoir — sous les yeux des voleurs — en 2013? S'il existe des stationnements de voitures, pourquoi n'a-t-on pas encore de vrais parkings de vélos?

Le projet d'Îlot Voyageur (devenu le fiasco que l'on sait), au métro Berri, prévoyait l'aménagement de 500 places de stationnement intérieur pour vélos, rappelle Marc Jolicoeur de Vélo Québec. La Grande Bibliothèque et le Complexe Desjardins offrent aussi de grands stationnements intérieurs — pour les employés seulement, dans le cas du Complexe. Les FrancoFolies et le Festival de jazz ont aussi mis à la disposition des cyclistes des enclos temporaires où ranger leur vélo en toute sécurité.

On peut toujours rêver: imaginons qu'un jour à Montréal, on trouvera des stationnements publics surveillés de 20 000 places, comme dans certaines villes d'Europe. Oui, on peut toujours rêver...

Cliquez ici pour plus de photos de la Vélostation:

Une nouvelle Vélostation à Deux-Montagnes from AMT on Vimeo.

5 commentaires
  • robert morissette - Inscrit 26 juillet 2013 16 h 04

    Le nec plus ultra.

    Bravo! Bravo! C'est pratique! C'est brillant! J'en veux partout!

    Et si on ne peux empêcher tous les vols avec ce petit garage de style, on pourra au moins le réduire considérablement. On pourra aussi circonscrire le vol géographiquement et statistiquement avec une option plus probable de pouvoir prendre les mesures qui s'imposent.

    Je sais qu'on a fait cette dépense pour désengorger les stationnement et que ça n'est pas nécessairement venu d'une effusion débordante de cyclophilie. Mais c'est mauditement bien pensé.

    Coup de coeur total!

  • Simon Cloutier - Inscrit 26 juillet 2013 17 h 21

    Et le stationnement pour résidents?

    Ce dont nous avons besoin, ce sont des stationnements pour résidents sur rue. Des amis et moi avons présenté un projet pilote à ce sujet à la ville qui l'a refusé.

    Nous proposions que des casiers soient installés dans les rues du quartier et qu'ils fonctionnent de la même façon que la vignette pour automobiles. On pouvait ranger 6 vélos par casier et nous avions même prévu un toit vert au petit bâtiment, ce qui le rendait fort joli. Sur roulettes, on pouvait le déplacer au besoin.

    Mais de toute évidence, la ville est incapable de voir autre chose que des autos dans les rues. Sans compter que ce projet pouvait nuire aux Bixis, parce qu'il permettait d'avoir son propre vélo sans devoir le transporter tous les jours dans son immeuble.

    Nous avons beaucoup travaillé sur ce projet pour rien, et le problème est toujours aujourd'hui, entier. C'est à la maison que nous avons besoin de stationnements sécuritaires pendant la nuit.

    L'employé qui a refusé notre projet est aujourd'hui le bras droit de J.F. Lisée. Cette culture du "non, non" ne semble pas prête de changer. Quand ça ne vient pas d'eux, ce n'est pas pris au sérieux.

  • Renée Lavaillante - Abonnée 28 juillet 2013 10 h 58

    $$$

    Oui mais à la longue, ça deviendra payant et obligatoire...
    pour les gares d'accord, mais sinon je préfère plein de mini places partout.

  • Carole Couturier - Abonné 29 juillet 2013 09 h 49

    expérience hollandaise

    Pour continuer à s'inspirer, voici comment les vélos sont stationnés en Hollande:

    http://youtu.be/PZXilN2gcHc

    et ça fonctionne!

  • Serge Daigno - Inscrit 29 juillet 2013 15 h 26

    Les rues commerciales

    Il serait bon aussi de pouvoir verrouiller nos vélos sur les rues commerciales. Très difficile par endroits pour qui n'utilise pas les Bixis.

    Serge Daigno