Les chef-d'oeuvres se préparent à investir les rues du Royaume-Uni

Man's Head (autoportrait 1), Lucian Freud
Photo: ArtEverywhere Man's Head (autoportrait 1), Lucian Freud

D'ici quelques semaines, le Royaume-Uni sera transformé en galerie à ciel ouvert. Grâce à l'organisme philanthropique Art Venture, plus de 50 oeuvres iconiques du patrimoine britannique seront exposées du 10 au 25 août sur les panneaux publicitaires qui tapissent les rues de plusieurs villes du pays.

Art Everywhere, un projet entièrement financé par le biais du sociofinancement (crowdfunding) sur Internet, cherche à faire sortir les chefs-d'oeuvre des galeries des musées pour les faire apprécier au plus grand nombre.


En 2011, le projet Art Everywhere, soutenu par la Tate Modern, s'était limité à la région du Norfolk, mais Richard Reed (un entrepreneur qui a lancé la marque jus Innocent Drinks), instigateur de cet art pour tous, a choisi cette année d'étendre le projet à tout le pays. «Il y a quelque chose de si enrichissant, excitant et surprenant à voir de l'art dans des endroits où on ne s'y attend pas forcément», a-t-il déclaré à The Independant.

Depuis le 21 juin, le public était appelé à voter sur Internet pour la toile de son choix, parmi une liste de 50 oeuvres établie par un groupe d'experts. De Head IV de Francis Bacon, aux scènes champêtres de John Constable, en passant par l'autoportrait de Lucian Freud ou l'art actuel de Damien Hirst, les internautes devaient arrêter leur choix avant le 7 juillet.

L'organisation a même créé une application qui permettra aux amoureux d'art, en approchant leur téléphone intelligent des panneaux, de télécharger une tonne d'informations sur l'oeuvre, le lieu où l'on peut voir l'original et l'endroit où se procurer des reproductions. Tout au long de cette expo au grand air, l'application permettra aux internautes de partager les images des oeuvres d'art et de donner en direct leurs impressions. Pas mal du tout, comme mode de médiation culturelle.

L'impression des affiches grand format sera assurée par les dons du public, alors que les placards seront prêtés par les entreprises de diffusion. Le coût de l'opération repose essentiellement sur les internautes, invités à donner 3, 15, 21, 30 livres sterling ou plus pour financer cette opération, dont le coût est évalué à 200 000 livres sterling. À la mi-juin, l'organisme avait déjà réussi à amasser 80 000 livres.

Pour une donation de 450 livres, les amateurs d'art peuvent même transformer leur propre salon en galerie et recevoir en échange une reproduction d'un chef-d'oeuvre de 6 mètres par 3 mètres.

L'art pour tous à Montréal? Grâce au street art, le festival MURAL a déjà inoculé en juin au coeur de la Main un peu d'art à glaner au détour d'un tour à vélo ou d'une course chez Slovenia. Mais peut-on imaginer un instant les panneaux géants qui squattent les toits et les murs de Montréal, transformés en galerie en plein air? Et si, juste pour un temps, Jean-Paul Riopelle et Marc Séguin prenaient le relais de Brault & Martineau ou Qualinet...