L'attente...

Vancouver — «Je ne souhaite ça à personne», dit Ujjal Dosanjh. «Ça», c'est le suspense ultime. La torture de l'attente. Et il connait. En 2008, Dosanjh a été réélu député de Vancouver-Sud par une majorité de 20 voix, la plus faible au pays. Comptage, recomptage, lui et son adversaire conservatrice Wai Young ont dû attendre plusieurs jours avant de finalement savoir à quoi s'en tenir. Et les deux sont d'accords:  l'expérience est atroce.

Mais elle pourrait bien se reproduire le 2 mai, concèdent les deux candidats rencontrés cette semaine par Le Devoir dans leurs locaux de campagne. Car la lutte dans Vancouver-Sud s'annonce tout aussi serrée qu'il y a trois ans. Les principaux intéressés évitent ainsi toute prédiction, se référant à un «too close to call» plein de sagesse...

Portrait de comté à lire dans Le Devoir de samedi.