Environnement: Jean-François Larose se «mouille» dans le Saint-Laurent

<em>«Nous, on n’a pas peur de se battre, on n’est pas des marionnettes et on n’a certainement pas peur de se mouiller pour l’environnement»</em>, affirme Jean-François Larose dans la vidéo.
Photo: YouTube «Nous, on n’a pas peur de se battre, on n’est pas des marionnettes et on n’a certainement pas peur de se mouiller pour l’environnement», affirme Jean-François Larose dans la vidéo.
Un quatrième candidat aux élections fédérales a sauté à l’eau pour remplir le défi lancé par l’organisme Équiterre, qui vise à mettre l'environnement de l'avant dans la campagne fédérale.

Dans une vidéo au scénario pour le moins original, Jean-François Larose, candidat de Forces et démocratie dans la Pointe-de-l’Île et député sortant néodémocrate dans Repentigny, s’est baigné avec son complet et un parapluie noir dans le fleuve Saint-Laurent. Son parti est le seul, avec le Bloc québécois, à avoir répondu à l’appel d’Équiterre.

« Nous, on n’a pas peur de se battre, on n’est pas des marionnettes et on n’a certainement pas peur de se mouiller pour l’environnement », affirme-t-il dans la vidéo, avant de faire quelques pas dans l’eau pour sentir « les bonnes odeurs de la pollution du Saint-Laurent ».

Il a promis que s’il est réélu, il serra la main du premier ministre et lui rappellera « que l’environnement est vraiment une priorité ».

M. Larose invite d’ailleurs ses adversaires de circonscription à « se mouiller » eux aussi.

Au cours des dernières semaines, le chef de Forces et démocratie, Jean-François Fortin, et le candidat dans Brome—Missisquoi, Patrick Paine, ont sauté respectivement dans le fleuve Saint-Laurent et dans une piscine.

L’adversaire du chef de Forces et démocratie dans Avignon—La Mitis—Matane Matapédia, Kédina Fleury-Samson, a été à la fois la première femme et la première candidate du Bloc à se mouiller.

À un mois de la fin du défi, Équiterre ne se désole pas que seuls deux partis politiques y aient participé. « Notre objectif initial n’était pas de rejoindre les partis politiques. Nous voulions rejoindre les citoyens. Nous déciderons prochainement si nous interpelons les partis directement », a indiqué au Devoir le directeur Steven Guilbeault.

Même s’il dit ne pas avoir visé les partis politiques, l’organisme a tout de même interpelé les chefs Justin Trudeau, Thomas Mulcair, Elizabeth May, Stephen Harper et Gilles Duceppe sur Facebook lors de la publication des vidéos sur le réseau social.

M. Guilbeault se réjouit plutôt que son défi demandant de « se mouiller » au sens figuré — en signant une pétition ou en se prononçant contre un projet d’oléoduc, par exemple — ait été appliqué au sens propre. Reste à voir qui sera le prochain à sauter à l’eau.