En pleine révolution sexuelle

New Delhi — L’un des principaux films à l’affiche cette semaine en hindi s’intitule Highway, un beau road-movie à travers l’Inde, avec musique du fameux A.R. Rahman.



Son intérêt tient au fait que, sous le récit conventionnellement bollywoodien, la trame du film sonde la décision d’une jeune femme indépendante qui, sur le point de se marier, prend la clé des champs. Bollywood, forte en clichés désolants sur les relations hommes-femmes, ne nous fait pas souvent l’honneur de présenter une vision plus moderne de la société indienne. Si Highway finit malheureusement par tourner au mélo – on n’en sort pas —, il se trouve malgré tout que Bollywood, cette omnipotente et conservatrice industrie cinématographique, prend acte avec ce film de la transformation culturelle que vit le pays. C’est un signe qui ne ment pas.

De ceci à cela, la revue Outlook essaie depuis quelques années de titiller ses lecteurs – et sans doute aussi quelques lectrices – avec des sondages bidon sur la vie sexuelle des Indiens. Avec des questions du genre : dans quelle ville du pays le fait-on le plus souvent? Et dans quelle position?

Outlook fait amende honorable cette année avec un papier autrement plus intelligent, signé par la jeune écrivaine Ira Trivedi, auteure d’un tout nouvel ouvrage non fictif intitulé India in Love : Marriage and Sexuality in the 21th Century, résultat d’une grande enquête qu’elle a menée aux quatre coins du pays.



«Les changements auxquels nous assistons dans la culture sexuelle indienne sont les plus significatifs que nous ayons vus depuis l’époque coloniale. [...] En 2014, écrit-elle dans la revue, l’Inde traverse une révolution sexuelle majeure.» Le taux de divorce augmente, les unions de fait et les mariages d’«amour» aussi, par opposition aux mariages arrangés, il y a de plus en plus de femmes sur le marché du travail… Une libération sexuelle qui a son côté sombre, évidemment: une violence à l’égard des femmes qui prend des formes et des proportions épouvantables, recours à l’avortement en hausse «phénoménale»… «J’ai pris conscience pendant mes recherches de l’immense potentiel de la jeunesse indienne, mais aussi à quel point elle était menacée de répression par des modèles sociaux dépassés.»