Hyderabad ciblée par un attentat à la bombe

Au moins 12 personnes ont été tuées et 75 personnes ont été blessées dans un attentat à la bombe survenu vers 19h jeudi soir en pleine heure de pointe à la gare d’autobus de Dilsukhnagar, l’un des quartiers commerciaux les plus fréquentés d’Hyderabad, capitale de l’Andhra Pradesh et cœur, avec Bangalore, de l’industrie indienne des technologies de l’information. Deux bombes, apparemment attachées à des bicyclettes, auraient explosé à quelques minutes d’intervalle à 150 mètres l’une de l’autre.

De crainte d’attentats ailleurs au pays, les services policiers ont été placés en état d’alerte à Delhi, Mumbai et Bangalore, capitale de l’État voisin du Karnataka. Sans être fréquents, des attentats à la bombe sont régulièrement commis en Inde. Il y a un peu plus de six mois, quatre bombes de faible intensité ont explosé à Pune, au Maharashtra, sans faire de victimes.

Qui pourrait avoir commis ce nouvel attentat? Hyderabad abrite une importante minorité musulmane, dans un pays où les tensions religieuses demeurent faciles à aiguiser. Il n’est pas rare, par ailleurs, que des groupes extrémistes hindous commettent des attentats en comptant que les autorités pointeront les musulmans. Au demeurant, Hyderabad est l’épicentre du mouvement autonomiste de la communauté télougou qui revendique son État propre au sein de l’Union indienne.

Le ministre indien de l’Intérieur, Sushilkumar Shinde a indiqué jeudi soir que le gouvernement disposait depuis deux jours d’«informations» indiquant que des attentats pourraient se produire, mais qu’il ne savait pas quelles villes étaient ciblées.

À voir en vidéo