Le courrier des idées | Semaine du 21 janvier

Notre nouvelle infolettre hebdomadaire présente une sélection des textes d'opinion publiés au cours de la semaine.
Illustration: Le Devoir Notre nouvelle infolettre hebdomadaire présente une sélection des textes d'opinion publiés au cours de la semaine.

Bonjour, bienvenue dans le Courrier des idées. Pour cette deuxième édition, un guide qui nous invite à mieux manger, un grand sommet qui ne règle pas grand-chose, un douloureux débat devant le tribunal et l'avenir du français au Québec.

Manger bien, manger mieux

Jacques Nadeau Le Devoir

Le Guide alimentaire canadien existe depuis 1942, et sa dernière édition datait de 2007. Très suivi par plusieurs, dont les écoles, le guide veut maintenant échapper aux pressions des lobbys et suivre les meilleures recommandations scientifiques. Tout le monde s'en félicite… sauf les producteurs de lait, dont le produit est maintenant moins mis en valeur. Mais est-ce que ce guide nous garantit vraiment que nous allons tous mieux nous alimenter? Et les véganes sont-ils satisfaits?

« Sans changement majeur, par exemple sur le plan de l’allègement de l’horaire des travailleurs ou d’une diminution des prix des aliments de base, il est fort probable que l’alimentation des Canadiens ne suivra pas le guide. »

[Lisez le texte de Véronique Careau, technicienne en diététique]

« Au final, et en regard de l’évolution assez rapide des mentalités, je me risque à prédire que, dans dix ans, déguster de la chair morte sera beaucoup moins prisé. Mais bouffer de son prochain, ça ne risque pas de diminuer. »

[Lisez la chronique de Josée Blanchette]

En vidéo, Jean-Claude Moubarac, spécialiste en nutrition à l'Université de Montréal, répond à nos questions

[Ecoutez la vidéo ci-dessous]

Le sommet des riches

Marcus Schreiber ASSOCIATED PRESS

Le Forum économique mondial (le sommet de Davos) se terminait vendredi. L'événement réunit 3000 décideurs de haut niveau qui veulent «améliorer l'état du monde». Certains qualifient ce sommet de vaste hypocrisie, alors que les discussions évitent des problèmes criants comme l'inégalité des richesses, la mainmise des grands groupes Internet sur l'économie mondiale ou la destruction des écosystèmes.

«Le Forum de Davos est toujours aussi mal placé pour parler de dialogue, alors que ses invités sont triés sur le volet, que les gens d’affaires représentent un participant sur deux, que l’événement se déroule dans un lieu coûteux et très peu accessible.»

[Lisez le texte de Claude Vaillancourt, de ATTAC-Québec]

«Davos n’explique pas le succès des riches, mais il en est devenu la représentation. À elles seules, les vingt-six personnes les plus fortunées au monde posséderaient aujourd’hui autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la planète […] Bon nombre de ces milliardaires sont issus de la nouvelle économie qui, malgré le protectionnisme ambiant, ne connaît pas de frontières.»

[Lisez l'éditorial de Jean-Robert Sansfaçon]

«La solution [aux] grands problèmes contemporains serait beaucoup plus facile si nous planifiions dès maintenant la décroissance ordonnée des effectifs humains. Celle-ci passerait nécessairement par une réduction de la fécondité, mais aussi par une remise en question du rôle de la médecine dans nos sociétés, notamment en fin de vie. […] De façon générale, il s’agit d’une option taboue.»

[Lisez le texte du biologiste Michel Crête]

Mourir ou ne pas mourir

La cause de deux Québécois qui contestent le fait qu'on leur a refusé l'aide médicale à mourir continue d'alimenter le débat. Certains en profitent pour souligner l'impact de cette cause sur les personnes handicapées et celles souffrant de maladie mentale.

«Quelles options s’offrent aux personnes handicapées qui sont forcées de vivre en CHSLD ou à celles qui ne voient plus de sens à leur vie tant elles sont exclues de la société?»

[Lisez le texte de Marie-Ève Veilleux, personne handicapée]

«Nous n’avons pas assez investi dans la recherche sur la santé et la maladie mentale (concernant les diagnostics et les traitements) comparativement aux maladies physiques.»

  [Lisez le texte de Georgia Vrakas de l'UQTR]  
Photos : iStock / Jean-Philippe Ksiazek AGENCE FRANCE-PRESSE
 

À lire aussi

Francisation des immigrants

«Cogner sur l’État québécois qui ose donner des services en anglais et sur le Canada bilingue et multiculturel est trop facile. Cela nous évite de regarder ce qu’on préfère ne pas voir: la présence d’une population anglophone avec des droits.»

[Lisez le texte de Mario Polese, professeur à l'INRS]


 

Maisons patrimoniales en ruine

«La Loi sur les biens culturels, dans ses dispositions actuelles, est une loi d'eunuque qui voudrait fonder une grande famille patrimoniale. [...] Plusieurs s'inquiètent autant pour cette loi que pour les biens qu'elle est censée protéger.»

[Lisez la lettre de l'écrivain Yves Beauchemin]


 

Agressions sexuelles: un tribunal spécialisé?

«Nous estimons qu’un tribunal spécialisé s’apparente à une solution d’allure simplette pour enrayer une problématique complexe. Jusqu’à preuve du contraire, cela ne semble pas nécessaire.»

[Lisez l'éditorial de Marie-Andrée Chouinard]


Photos : Pedro Ruiz / Jacques Nadeau / Catherine Legault Le Devoir

De notre édition du week-end

Le gouvernement fédéral a entrepris une révision des lois sur la radiodiffusion et les télécommunications. Le directeur du Devoir, Brian Myles, propose différentes recommandations: par exemple, renforcer le principe de la neutralité d'Internet, élargir la portée et le financement du Fonds des médias et «se montrer intraitable sur la défense de l'exception culturelle».

[Lisez le texte de Brian Myles]

La caricature de la semaine

[Découvrez toutes nos caricatures de la semaine]


NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.