Lettres: Benoît Dutrizac n'est pas un journaliste stupide

Le journaliste Benoît Dutrizac a dit sur nos ondes, à Télé-Québec, le 16 mars dernier: «L'islam est une religion stupide. [...] J'irais jusqu'à interdire le ramadan pour les jeunes. [...] Ils nous font chier avec leurs prières et leurs pieds dans les lavabos.» Benoît Dutrizac a aussi eu le front de le dire en notre nom, au nom des Québécois ordinaires. Il a eu le front de le ponctuer péremptoirement avec des «lâchez-moi!» et des «sacrament!», question de se donner un air plus québécois, genre Jeff Fillion, et surtout pas Jeff Lépine.

Benoît Dutrizac n'est pas un journaliste stupide, c'est un journaliste raciste!

Comparativement à Benoît Dutrizac, Jeff Fillion, c'est de la petite bière. En effet, contrairement à Jeff Fillion, que la classe politique québécoise répudie unanimement ou presque — ah! oui, Mario Dumont l'avait appuyé —, Benoît Dutrizac fait partie de la classe politique: il en reçoit régulièrement des représentants, qui cherchent d'ailleurs à se faire voir avec ce prétendu franc-tireur. Et on rapporte régulièrement ses opinions politiques. Bref, il est fréquentable, donc plus dangereux!

Benoît Dutrizac n'est pas sans ancêtres politiques au Canada et au Québec. Ses ancêtres politiques étaient particulièrement nombreux... dans les années 30! L'objet de leur discours? Les Juifs. Au Canada, ils s'appelaient Whittaker, Massey, Mackenzie King, tandis qu'au Québec, ils s'appelaient Adrien Arcand ou Joseph Ménard. Avec le temps, les anciens Dutrizac anglais du Canada se sont fondus dans la classe politique sans laisser trop de traces — le pouvoir a ses avantages! Au Québec, ce n'était pas aussi simple. Une fois la guerre terminée, le Canada a su se refaire une virginité, notamment en attribuant tout le mal de l'antisémitisme à ces French Canadians, dont Adrien Arcand devenait l'archétype (encore aujourd'hui, des Canadiens me demandent si Denys Arcand est le fils d'Adrien).

Détrompons-nous rapidement! Si Benoît Dutrizac peut continuer à déverser librement son fiel antimusulman sur les ondes publiques, comme il l'a fait le 16 mars en entrevue avec Amir Khadir, le Québec entier se fera resservir, de nouveau et jusqu'à la nausée, le plat empoisonné que certains Canadiens mal intentionnés servent avec succès depuis qu'il essaie de s'affranchir.