La Fondation Hôpital Saint-Eustache veut donner pour améliorer les soins

André Lavoie
Collaboration spéciale
L’hôpital de Saint-Eustache, où les contributions des donateurs ont permis d’augmenter la quantité et la qualité des soins.
Caroline Clouâtre L’hôpital de Saint-Eustache, où les contributions des donateurs ont permis d’augmenter la quantité et la qualité des soins.

Ce texte fait partie du cahier spécial Philanthropie

Après 32 ans d’existence au service d’un établissement de santé qui soufflait ses 60 bougies le 9 mars dernier, la Fondation Hôpital Saint-Eustache ne manque pas de défis et de projets. Hasard du calendrier, l’entretien avec Lyne Des Trois Maisons se déroule un an jour pour jour après son entrée en poste.

Douze mois plus tard, son enthousiasme semble aussi fort qu’à son arrivée, elle qui a longtemps rêvé d’œuvrer à la Fondation, mais qui ne possédait aucune compétence particulière en philanthropie. Jusqu’à un certain point, ce fut là un précieux atout. Établie à Saint-Eustache depuis plus de deux décennies, cheffe du service des communications du CSSS du Lac-des-Deux-Montagnes de 2010 à 2015, elle collaborait déjà aux activités de l’organisme. Au moment de son embauche, on a qualifié sa venue de« vent de fraîcheur », et elle fait tout pour en maintenir la puissance. Même si son arrivée fut marquée par des mois de travail à distance, un contexte peu favorable aux activités-bénéfice (l’an dernier, le plan de déroulement du tournoi de golf a changé quatre fois à cause des mesures sanitaires) et un personnel hospitalier à bout de souffle, elle maintient le cap, avec sa touche personnelle.

Une croissance phénoménale

« Je n’oublie jamais notre mission première : acquérir de l’équipement à la fine pointe de la technologie et améliorer les soins de proximité pour une population de 300 000 personnes, souligne Lyne Des Trois Maisons. Mais après plus de deux ans de pandémie, et ça, j’en fais une mission personnelle, il faut aussi prendre soin des employés. »

Dans cette optique, une série de gestes simples, comme offrir des fleurs, du café ou des petits gâteaux, a permis d’établir un contact privilégié avec eux, et de prendre la mesure de leur dévotion, parfois mise à rude épreuve ces deux dernières années. Ce fut aussi pour les employés l’occasion de mettre un visage sur la Fondation, et pour d’autres de découvrir enfin son existence.

20 millions
C’est le montant versé en dollars par la Fondation à l’hôpital de Saint-Eustache depuis la création de celle-ci, il y a 32 ans.

« Plusieurs nous connaissent, souligne la directrice, mais la relève est bien présente, et on compte plusieurs jeunes employés qui ignoraient qui nous étions. »

D’où l’importance de mieux faire sentir la présence de la Fondation, qui joue un rôle non négligeable dans le quotidien de ces travailleurs, lesquels manipulent souvent du matériel ou évoluent dans des locaux payés à même les contributions des donateurs. D’autant plus que l’établissement a connu une croissance phénoménale, à l’image de la région, comme en témoignent les nombreux agrandissements réalisés au fil des décennies. Alors que l’on comptait 2703 visiteurs en 1962, on en dénombrait 48 500 en 2019-2020. On observe la même croissance pour les naissances, qui sont passées de 645 en 1963 à 1500 en 2021.

Cette expansion se reflète aussi dans la diversité des services offerts, même si un hôpital de la taille de celui de Saint-Eustache, avec un budget annuel de 190 millions de dollars, ne peut rivaliser avec certains établissements montréalais, dont ceux affiliés à une université. Mais grâce àla Fondation, il lui est non seulement possible d’augmenter la quantité et la qualité des soins donnés sur place, mais aussi d’effectuer un meilleur arrimage avec d’autres établissements. Par exemple, grâce à l’acquisition récente d’une civière pédiatrique, l’Hôpital peut procéder à des transferts sécuritaires de bébés naissants nécessitant des soins spécialisés vers le CHU Sainte-Justine, un investissement de 31 000 $ entièrement assumé par la Fondation.

Un travail d’écoute et d’équilibre

S’il n’en tenait qu’à Lyne Des Trois Maisons, son calendrier déborderait d’activités, et elle se montrerait encore plus généreuse. Mais son travail en est aussi un d’écoute et d’équilibre entre les demandes, nombreuses, et les capacités financières de son organisme.

« Chaque service établit sa liste de priorités en matière d’équipements ; cette année, ça représente un montant total de 1,3 M$. Or, le montant remis chaque année par la Fondation à l’hôpital de Saint-Eustache oscille entre 300 000 $ et 500 000 $. Depuis ses débuts, il faut le souligner, la Fondation a donné plus de 20 M$. »

Limitant sa capacité d’action directe, la pandémie crée certaines difficultés touchant la rencontre avec les donateurs. Mais cela n’a pas freiné leur désir d’appuyer la cause de « leur » hôpital, constate, soulagée, Lyne Des Trois Maisons.

« Il suffit de regarder les chiffres pour constater à quel point les gens ont été généreux en cette période difficile. Et lorsqu’ils sont traités ici, leur reconnaissance, ils la montrent encore plus. »

À voir en vidéo