Les Québécois à la rescousse de leur système de santé

Caroline Rodgers
Collaboration spéciale
Selon Josée Lavigueur, porte-parole du Défi des générations, le grand mouvement de solidarité va donner un coup de pouce aux hôpitaux québécois.
Photo fournie Selon Josée Lavigueur, porte-parole du Défi des générations, le grand mouvement de solidarité va donner un coup de pouce aux hôpitaux québécois.

Ce texte fait partie du cahier spécial Philanthropie

Le Défi des générations, c’est l’histoire d’une collecte de fonds d’abord locale, devenue régionale, et qui, en 2022, prend une ampleur sans précédent en s’étendant à tout le Québec.

En 2020, la Fondation Hôpital Charles-LeMoyne, voyant arriver la pandémie, décide d’interpeller les autres fondations hospitalières de la Montérégie pour leur proposer un projet commun, soit de participer au Défi des générations. Cette activité, qui existait déjà depuis sept ans à Charles-LeMoyne, permet à la population de récolter des fonds par le biais de défis sportifs personnels ou en équipe.

Pour participer, un individu choisit une activité, qu’il pratique au moment qui lui convient, et sollicite son entourage afin de recueillir des dons, par une plateforme en ligne. On peut ainsi marcher, courir, faire du vélo ou autre, pour le temps ou le nombre de kilomètres qui nous plaisent. Cette formule a l’avantage de permettre à des personnes de tout âge de participer, en fonction de leurs capacités et selon l’horaire qui leur convient, durant une période s’étendant sur plusieurs mois.

Cette année, le Défi des générations se déroulera du 14 juin au 24 septembre.

Un Défi des générations partout au Québec

En 2020, de nombreux organismes ont dû annuler leurs activités de groupe en raison de la pandémie de COVID-19. À la Fondation Hôpital Charles-LeMoyne, on a décidé de repenser la formule pour la rendre virtuelle et permettre à chacun de pratiquer son activité chez lui, dans son milieu. En unissant les fondations hospitalières de la Montérégie, le Défi est alors devenu régional.

En 2022, il prend de l’ampleur avec 17 fondations d’un peu partout au Québec, couvrant maintenant 9 régions, 8 CISSS et 4 CIUSSS. L’ambition des organisateurs est que d’ici 2025, le Défi mobilise les 86 fondations hospitalières du Québec.

« Le Défi permet d’avoir plus d’impact, avec un message fort et unifié qui mobilise l’ensemble du Québec. C’est du jamais vu chez nous en philanthropie. C’est comme si 17 entreprises concurrentes dans le même secteur décidaient de se rallier. Il s’agit d’un virage inédit pour répondre aux besoins grandissants dans nos hôpitaux », lance Nathalie Boudreau, directrice générale de la Fondation Hôpital Charles-LeMoyne et instigatrice du mouvement.

Dans le contexte du Défi, un participant peut choisir à quelle fondation hospitalière il souhaite s’associer. Les dons qu’il recueille bénéficieront donc ainsi à l’hôpital de son choix.

« La pandémie a mis en évidence la fragilité de notre système de santé et les fondations font partie de la solution pour amener nos hôpitaux au niveau que l’on souhaite tous. On veut mobiliser l’ensemble de la population du Québec avec un message commun, qui est que nos hôpitaux sont importants et qu’ils ont besoin de nous », ajoute Nathalie Boudreau.

« C’est une nouvelle façon de pratiquer la philanthropie au Québec, note Richard Deschamps, président-directeur général du CISSS de la Montérégie-Centre. On passe d’un mode individuel à un mode collectif. Il ne faut pas se le cacher, il y a normalement une forme de compétition entre les fondations. Avec ce projet, on fait les choses autrement, en unissant nos forces pour éviter cet effet de concurrence. On s’unit pour un objectif qui est plus grand que nous tous. »

Un défi pour toutes et tous

Josée Lavigueur, éducatrice physique et porte-parole du Défi des générations depuis plusieurs années, a vu grandir le projet.

« C’est une magnifique idée de travailler en groupe et un nouveau mouvement qui va avoir un impact immense pour donner un coup de pouce aux hôpitaux du Québec, dit-elle. Pour moi qui me suis donné comme mission de transmettre aux gens le goût de bouger, mais dans le plaisir et sans pression, c’est exactement en lien avec ce que je prône. C’est important d’intégrer tout le monde dans les activités, et de leur faire sentir qu’ils sont les bienvenus. »

Pour avoir donné naissance à ses enfants et même vu son père s’éteindre à l’hôpital Charles-LeMoyne, elle a été à même de constater plusieurs fois le travail qu’on y fait. Comme bien des Québécois, elle est attachée à son hôpital local.

« J’ai pu réaliser moi-même leur dévouement, dit-elle. Leurs compétences et leurs qualités humaines m’ont impressionnée. »

Les inscriptions pour le Défi des générations débutent prochainement sur le site Web.

S'embarquer dans l'aventure ?

Plusieurs dirigeantes et dirigeants de fondations hospitalières qui participent au Défi 2022 témoignent de leurs attentes et de leurs motivations, et des raisons qui les ont poussés à embarquer dans l’aventure.

« Pour l’idée de collaborer et d’avoir plus d’impact sur tout le Québec. » — Maude Malo, Fondation pour la Santé du Nord de Lanaudière

« On s’est donné comme mission d’inciter la population à adopter de saines habitudes de vie, et on pense que le Défi va leur procurer une bonne dose de bonheur. » — Amy Chloé Bernard, Fondation Santé Baie-des-Chaleurs, Gaspésie

« Ce sera notre premier événement avec une plateforme de participation en ligne, clé en main. Avec l’argent récolté, nous allons acheter un appareil médical qui sera identifié au Défi. Les participants pourront se dire que c’est grâce à leur contribution que cet équipement peut maintenant servir à soigner des patients. » — Daniel Desjardins, Fondation médicale des Laurentides et des Pays-d’en-Haut

« C’est un projet qui donne le pouvoir aux citoyens de réinvestir dans leurs établissements de santé. » — Marie-Andrée Lefebvre, Fondation Santé urbaine

« Le Défi présente un message unifié dans le cadre d’un projet bien structuré qui nous facilite la tâche. » — Lucie Brosseau, Fondation de l’hôpital de Memphrémagog

« Nos aînés ont été fortement touchés par la pandémie, et ils ont besoin de soins. C’est un projet qui va permettre à la population de contribuer à l’amélioration de leur milieu de vie. » — Christine Poirier, Fondation Aline-Letendre de l’Hôtel-Dieu de Saint-Hyacinthe

« C’est un projet qui fait évoluer la philanthropie, ses cultures et ses pratiques, et j’espère que nous allons convaincre les autres fondations de se joindre au mouvement d’ici 2025. » — Sandra Levesque, Fondation santé Jonquière

« Pour sentir qu’on fait partie d’un grand mouvement, avoir un impact réel sur la santé des gens, et pour créer un événement annuel mobilisateur. » — Caroline Gamache, Fondation Docteur-Jacques-Paradis

« Ensemble, nous sommes plus grands, plus forts et capables de tout. On s’allie pour changer le monde. » — Suzanne Surette, Fondation du centre hospitalier de Granby

« C’est une démonstration de solidarité et d’entraide qui répond aux besoins urgents de nos hôpitaux. » — Nathalie St-Germain, Fondation Hôtel-Dieu de Sorel



À voir en vidéo