La Fondation Cité de la Santé veut améliorer les soins et les services sociaux à Laval

Isabelle Delorme
Collaboration spéciale
La Fondation s’apprête à appuyer le verdissement des abords de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé.
Photo: Martin Alarie La Fondation s’apprête à appuyer le verdissement des abords de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé.

Ce texte fait partie du cahier spécial Philanthropie

Lors de sa création en 1980, la Fondation hospitalière Cité de la Santé a pris le nom de l’hôpital. Mais depuis 2004, elle est devenue la principale fondation desservant l’ensemble du CISSS de Laval. Celui-ci regroupe 32 installations, dont deux hôpitaux, cinq centres d’hébergement de soins de longue durée (CHSLD), six centres locaux de services communautaires (CLSC), un centre de services ambulatoires et des centres de protection de l’enfance et de la jeunesse et d’hébergement. « Les besoins sont énormes. Nous redistribuons environ 1 million de dollars par an dans la communauté », explique André Malacket, directeur général de la Fondation.

Un agent de transformation pour la communauté

« Nous sommes la courroie de transmission de la bienveillance de nos donateurs, dont certains sont reconnaissants des bons soins qui leur ont été donnés ou de l’accompagnement qu’ont reçu leurs parents en fin de vie dans nos unités de soins palliatifs », dit André Malacket. La Fondation joue un rôle important comme agent de transformation de la société. « Nous appuyons des projets qui ont un impact immédiat sur la santé et les services sociaux, tant pour les jeunes (aux vécus et aux traumatismes différents : abus sexuels, maltraitance, toxicomanie, etc.) que pour les aînés », ajoute le directeur général.

C’est le cas des outils développés par l’association SEVE (Savoir être et vivre ensemble), que la Fondation a permis de déployer dans le Centre jeunesse de Laval. Des animations d’ateliers de philo et de pratique de l’attention sont proposées aux enfants dès le plus jeune âge, pour les aider à raisonner par eux-mêmes, à gérer leurs émotions, à développer leur créativité ou encore à faire preuve d’empathie et d’ouverture. « Ces jeunes en ont besoin pour grandir dans la société », souligne M. Malacket.

1 million

C’est le montant annuel en dollars que la Fondation Cité de la Santé redistribue dans la communauté.

Le directeur général constate un rayonnement des actions de la Fondation au-delà de Laval. « Il y a des gens issus de toute la région qui viennent se faire soigner chez nous parce que nous avons l’espace et l’expertise disponibles. Notre centre de protection de l’enfance et de la jeunesse reçoit des jeunes de la périphérie de Laval », observe-t-il.

À l’écoute des besoins du terrain, la Fondation a la volonté d’exporter les meilleures solutions. « Nous collaborons, par exemple, avec SEVE pour déployer le projet dans l’ensemble du réseau. Ce qui est bon à Laval l’est aussi à Montréal ou au Saguenay ! » lance André Malacket, qui développe une approche collaborative et une vision de dialogue avec les autres organismes en santé et en services sociaux.

« C’est important pour moi d’assurer la pérennité de nos projets d’excellence et de nous assurer qu’ils puissent se développer également à l’échelle de la province », dit-il.

Des ressources nécessaires

Le CISSS de Laval reçoit chaque année des fonds publics, mais d’autres ressources financières sont nécessaires pour faire face à tous les besoins. « La Fondation Cité de la Santé nous aide à accélérer des projets et à réduire le fardeau du réseau pour l’acquisition de nouveaux équipements et l’aménagement d’infrastructures », souligne Chantal Friset, présidente-directrice générale adjointe du CISSS de Laval.

La Fondation a notamment aidé le centre à rénover complètement son unité de soins palliatifs. Elle s’apprête à appuyer la rénovation de ses unités psychiatriques, d’une unité de service externe ambulatoire (médecine de jour) et de soins intensifs — un soutien qui pourrait atteindre 6 millions de dollars sur les 20 millions nécessaires.

L’appui de la Fondation permet aussi d’offrir des « petits plus » au personnel durement éprouvé par deux années de pandémie (repas offerts, distribution de médaillons, etc.) et de soutenir le démarrage de projets de recherche.

« Nous avons travaillé, par exemple, sur la récupération des patients souffrant de COVID longue durée dans notre centre de recherche en réadaptation, avec des chercheurs de l’Université McGill et de l’Université de Montréal », explique Mme Friset.

La Fondation s’apprête également à appuyer le verdissement des abords de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé. « Le bâtiment est entouré de stationnements. C’est un beau projet de développement durable dans lequel la Fondation s’investit avec nous ! » se réjouit la p.-d.g. adjointe. Décidément, la mission de la Fondation auprès de sa communauté va bien au-delà des soins de santé.

À voir en vidéo