Gros coup de pouce financier pour étudiants méritants à la Fondation Arbour

Jean-Benoît Nadeau
Collaboration spéciale
La Fondation se distingue en étant l’un des seuls organismes du genre au Canada à prendre en considération la candidature des étudiants étrangers.
Photo: Photo fournie La Fondation se distingue en étant l’un des seuls organismes du genre au Canada à prendre en considération la candidature des étudiants étrangers.

Ce texte fait partie du cahier spécial Philanthropie

La Fondation Arbour propose des bourses de 13 000 et de 20 000 dollars aux étudiants québécois de niveaux maîtrise et doctorat en informatique, en génie et en gestion. Créée en 2005 par l’homme d’affaires Pierre Arbour, elle en a déjà accordé pour un total de 5,5 millions de dollars à plus de 400 étudiants.

« Nous choisissons des étudiants méritants qui ont une moyenne d’au moins 75 % et qui ont des besoins financiers urgents », indique Diane de Champlain, administratrice et porte-parole de la Fondation Arbour. « Ce sont nos deux critères de base, mais le côté social et humanitaire pèse beaucoup dans l’évaluation. »

L’année dernière, la Fondation a accordé 30 bourses pour quelque 250 postulants. Onze universités partenaires — ETS, HEC Montréal, INRS, Polytechnique Montréal, Bishop’s, Concordia, Université de Montréal, Université de Sherbrooke, UQAM, Laval et McGill — présélectionnent environ une soixantaine de candidats, qui sont tous auditionnés individuellement par le comité de sélection de la fondation.

« On suit une douzaine de critères, qu’on garde secrets, explique Diane de Champlain. On ne veut pas que les candidats soient trop préparés. »

En parcourant le site Web, on peut cependant deviner que la fondation recherche des étudiants assidus, tenaces, disciplinés, dévoués, positifs et compétents. De façon explicite, elle prône les grandes idées héritées du siècle des Lumières : positivisme, rationalité, liberté d’expression et méritocratie.

Ces valeurs sont celles qui étaient les plus chères à Pierre Arbour. Né en 1935, il avait été le premier gestionnaire du portefeuille d’actions ordinaires de la Caisse de dépôt et placement du Québec. En 1980, il avait changé de carrière en se lançant dans la prospection pétrolière et gazière.

La Fondation se distingue en étant l’un des seuls organismes du genre au Canada à prendre en considération la candidature des étudiants étrangers. Mais comme Pierre Arbour avait à cœur le développement du Québec, les boursiers qui ne parlent pas le français sont forcés de suivre des cours. « S’ils ne font pas d’efforts, la deuxième moitié de la bourse ne leur est pas versée », explique Diane de Champlain.

Plusieurs évolutions

La Fondation, créée avec un capital de départ de 9 millions de dollars (soit les deux tiers de la fortune de Pierre Arbour), a déjà connu plusieurs évolutions importantes dans sa jeune histoire.

En 2016, Pierre Arbour est venu trouver Diane de Champlain alors qu’elle était p.-d.g. de la Fondation de Polytechnique Montréal. « Pierre m’a dit : “On offre de belles bourses, et personne ne parle de nous.” Je lui ai proposé de passer par les universités. » La Fondation connaît alors un grand coup d’accélérateur. Entre 2016 et 2017, le nombre de postulants a quadruplé d’un coup, passant de 38 à 169.

À son décès en 2018, Pierre Arbour a légué le reste de sa fortune personnelle à la Fondation, dont la dotation actuelle approche les 20 millions de dollars.

Devant cette manne, la Fondation a donc étendu l’admissibilité aux postulants en gestion de la santé. « On pense aussi élargir notre mission vers un projet social, comme la santé mentale, un problème qui touchait beaucoup Pierre Arbour. »

La Fondation a également créé une « bourse des anciens boursiers » de 15 000 dollars qui sera financée à partir des dons personnels.

« C’est important d’encourager la générosité des individus, dit Diane de Champlain. Les entreprises et les fondations donnent beaucoup. Récemment, l’Université de Montréal a reçu 159 millions de dollars de la Fondation Courtois et 40 millions de Québecor. Mais il faut que les individus donnent plus. »

À voir en vidéo