Le NPD ne sera pas la «marionnette» du gouvernement Legault, dit Boulerice

Jagmeet Singh était vendredi devant l’emblématique Château Frontenac à Québec, pour dévoiler la plateforme du NPD pour le Québec intitulée «Oser ensemble».
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Jagmeet Singh était vendredi devant l’emblématique Château Frontenac à Québec, pour dévoiler la plateforme du NPD pour le Québec intitulée «Oser ensemble».

Contrairement au Bloc québécois, le Nouveau Parti démocratique (NPD) de Jagmeet Singh ne sera jamais la « marionnette » du gouvernement Legault, affirme Alexandre Boulerice.

Le chef adjoint du NPD défendait vendredi la décision de son parti de ne pas répondre à toutes les demandes du premier ministre du Québec, François Legault, pour plutôt les évaluer à la pièce.

Il était en présence de son chef, Jagmeet Singh, devant l’emblématique Château Frontenac à Québec, pour dévoiler la plateforme du NPD pour le Québec intitulée « Oser ensemble ».

Bien vite, M. Singh a signalé qu’il n’était pas à Québec pour répondre à François Legault, mais « pour répondre aux besoins des gens, des Québécois ».

« Des fois, on n’est pas d’accord »

Par exemple, le chef néodémocrate a promis plus de transferts en santé, comme le réclame le gouvernement Legault, mais il a été incapable de s’engager à ne pas attacher de conditions à ces transferts.

Il souhaite écarter les entreprises privées de la gestion des centres d’hébergement pour aînés, et proposer des normes fédérales, même s’il dit vouloir respecter « le droit de retrait avec compensation » du Québec.

« Reste (r) les bras croisés quand les gens souffrent, je ne peux pas le faire », a expliqué M. Singh.

Par ailleurs, un gouvernement du NPD va assujettir les entreprises de compétence fédérale à la Charte de la langue française, mais refusera de financer le projet de troisième lien routier entre Québec et Lévis.

Il propose également d’augmenter les transferts en immigration au gouvernement du Québec de 73 millions $ par année, plutôt que de lui céder le plein contrôle des réunifications familiales.

Au moment de présenter ses demandes aux partis fédéraux, M. Legault avait accusé les libéraux et néodémocrates d’avoir une vision « centralisatrice » et de « vouloir choisir à la place du Québec ».

« On regarde vraiment les demandes à leur valeur même. On ne se peinture pas dans le coin comme d’autres, on n’est pas des marionnettes », a déclaré M. Boulerice en impromptu de presse après l’annonce officielle.

« Des fois on est d’accord avec M. Legault, des fois on n’est pas d’accord, […] mais ce n’est pas une obligation.

« Vous savez, quand on se colle absolument à un gouvernement à 100 %, des fois ça nous oblige à faire des pirouettes environnementalistes comme M. Blanchet a fait avec le troisième lien », a-t-il lancé.

Délire

La semaine dernière, le chef bloquiste Yves-François Blanchet a vanté le potentiel « écologique » du mégaprojet autoroutier du gouvernement Legault évalué à 10 milliards de dollars.

M. Boulerice estime que le Bloc s’est mis à dos le vote écologiste dans la province, ce qui pourrait « faire la différence » dans plusieurs comtés où la lutte est serrée, d’après lui.

« Le chef du Bloc québécois, dans un délire absolument incroyable, croit que ça pourrait être un projet écologique, a-t-il raillé. On est clairement l’alternative la plus environnementaliste et sérieuse sur l’urgence climatique. »

M. Singh a indiqué en point de presse qu’il investirait dans des « alternatives », telles que le transport en commun et l’électrification des transports, avant tout autre projet.

Le NPD, qui ne comptait qu’un seul député au Québec au déclenchement des élections, en l’occurrence M. Boulerice, se permet désormais de rêver à l’élection de « six à 10 » représentants québécois.



À voir en vidéo