Les profits de CAE en chute libre

CAE a tourné la page sur un exercice 2021 écrit à l’encre rouge avec une perte de 47,2 millions, par rapport à des bénéfices de 311,4 millions pour l’exercice 2020.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne CAE a tourné la page sur un exercice 2021 écrit à l’encre rouge avec une perte de 47,2 millions, par rapport à des bénéfices de 311,4 millions pour l’exercice 2020.

Le spécialiste des simulateurs de vol et de la formation CAE a déclaré mercredi des profits en forte baisse au quatrième trimestre de l’exercice 2021. Le résultat net attribuable aux détenteurs d’instruments de capitaux propres de la Société a été de 19,8 millions pour le trimestre se terminant le 31 mars 2021, par rapport à 78,4 millions au trimestre correspondant un an plus tôt, soit une baisse de 75 %.

Le bénéfice par action a donc été de 7 cents, par rapport à 29 cents un an plus tôt. L’entreprise montréalaise a généré un chiffre d’affaires de 894,3 millions, en baisse par rapport aux 977,3 millions du même trimestre un an plus tôt. CAE a tourné la page sur un exercice 2021 écrit à l’encre rouge avec une perte de 47,2 millions, par rapport à des bénéfices de 311,4 millions pour l’exercice 2020. Les revenus se sont repliés de 18 %, pour passer de 3,6 milliards à un peu moins de 3 milliards.

894,3

C’est le chiffre d’affaires de l’entreprise montréalaise, en millions de dollars, en baisse par rapport aux 977,3 millions du même trimestre un an plus tôt.

Le président et chef de la direction de CAE, Marc Parent, a attribué ces résultats décevants aux répercussions de la COVID-19, qui ont causé le « plus grand choc de l’histoire de l’aviation civile », et aux perturbations majeures sur les marchés de la défense et de la santé.

Dans le secteur civil, les revenus de l’exercice se sont établis à 1,4 milliard, en baisse de 35 % par rapport à l’exercice précédent. Le résultat net opérationnel a totalisé 6,5 millions comparativement à 473,3 millions.

« Le déploiement mondial de vaccins contre la COVID-19 est très encourageant, mais le retour aux niveaux d’avant la pandémie ou à des niveaux plus élevés pour CAE dépend fortement du moment et du rythme auxquels les restrictions de voyage et les quarantaines seront levées en toute sécurité et auxquels les activités normales reprendront sur ses marchés cibles, particulièrement en ce qui concerne le secteur civil, pour lequel la Société est d’avis que la demande de déplacements aériens est considérablement comprimée », peut-on lire dans le communiqué.

Avec Le Devoir



À voir en vidéo