Aide sociale : les victimes d’actes criminels ne seront plus pénalisées

Les victimes d’actes criminels qui sont prestataires de l’aide sociale pourront garder l’entièreté de leur chèque même lorsqu’elles reçoivent des indemnités, a annoncé le ministre de la Solidarité sociale, Jean Boulet, mardi matin. Dans le présent, les victimes d’actes criminels, les accidentés de la route et les personnes ayant subi des lésions professionnelles se font couper leur allocation mensuelle s’ils reçoivent des indemnisations du programme d’indemnisation des victimes d’actes criminels. Le ministère évalue que ce changement coûtera un peu plus de 2 millions de dollars par année à l’État et touchera 200 personnes au cours des cinq prochaines années. La mesure devrait entrer en vigueur en janvier 2022.

Le Devoir

À voir en vidéo