Pour que notre voix s’élève encore demain

MOT DU DIRECTEUR – Le directeur Brian Myles s'adresse aux lecteurs pour le lancement de la campagne de dons du «Devoir».

L’équipe du Devoir a affronté la crise sanitaire avec son habituelle résilience. Notre personnel a travaillé sans relâche, malgré la distance et les embûches, pour livrer à nos lectrices et lecteurs des contenus plus consultés que jamais dans notre histoire. Nous avons réussi à maintenir les emplois et à protéger la santé et la sécurité du personnel, deux sources de grande fierté.
 

Depuis quelques années, Le Devoir s’est démarqué dans le paysage médiatique par sa capacité d’équilibrer ses finances grâce à la résilience de son modèle d’affaires fondé sur l’abonnement. Malgré l’engagement du personnel, la gestion prudente et le soutien de notre communauté de lectrices et lecteurs, nous ne prenons rien pour acquis. En effet, le monde des médias est soumis à une forte concurrence des géants du numérique. Nous ne pouvons pas nous passer de votre soutien financier afin de poursuivre nos plans de croissance.


Cest pourquoi nous lançons aujourdhui une campagne de dons annuelle. Nous faisons appel à vous pour que la voix du Devoir puisse encore s’élever demain. 

La voix du Devoir est singulière, incontournable, et elle est unique. Perspicace et critique, elle ne mâche pas ses mots ; elle interpelle les décideurs, met en lumière les incohérences et les inégalités. À d’autres moments, elle se fait plus douce; chantante, elle vibre au rythme de nos artistes, de notre histoire et de nos célébrations. Elle parle au nom de ce qui l’inspire : l’avancement de la société québécoise dans toutes ses dimensions. Surtout, elle est différente de toutes les autres par son attachement aux débats d’idées et à la réflexion intellectuelle sur notre devenir collectif : elle donne des clefs à nos lecteurs pour comprendre leur monde.

Donner au Devoir, cest soutenir cette autre voix. La voix de la pertinence, de la liberté, de lindépendance desprit, de linspiration, de lengagement social.

La voix de toutes ces valeurs qui nous animent et que nous partageons avec vous. Une voix qui se serait éteinte il y a bien longtemps n’eût été notre fidèle communauté de lecteurs, d’abonnés et de donateurs, qui ont de tout temps répondu présents à nos appels.

Les Amis du Devoir
Même s’il peut compter en partie sur les revenus de la publicité et de l’abonnement, Le Devoir a toujours eu besoin de ses donateurs. De fait, la philanthropie a toujours fait partie de son histoire.

Dès 1916, une première société à vocation philanthropique, Les Amis du Devoir, voyait le jour. À toutes les époques, les donateurs et bénévoles membres de la société ont participé à nos campagnes de dons sans rien attendre en retour, sinon la survie et l’essor du Devoir. Ses membres ont inculqué à notre communauté de soutien le sens de la générosité et de la solidarité. C’est grâce à eux — à vous ! — si Le Devoir est encore debout.

Cette générosité doit maintenant servir de tremplin pour nos réalisations futures. Nos projets davenir dépendent de vous.

Le Devoir doit élargir sa base, s’adresser à davantage de lecteurs. Votre appui lui permettra de poursuivre sur sa lancée. Nous avons de grandes ambitions pour y arriver : augmenter les contenus en nombre, en qualité et en diversité ; augmenter la couverture dans les secteurs d’actualité importants, parmi lesquels figurent l’enquête, l’actualité régionale et l’environnement. Déjà cet automne, nous procéderons à l’embauche de six journalistes pour y parvenir. Nous voulons également nous rapprocher de nos jeunes publics, être le porte-voix de leurs préoccupations, susciter leur participation au débat démocratique et continuer à former leur esprit critique et citoyen. Pour que Le Devoir, finalement, résonne avec la même force pour les générations futures. Aidez-nous à accomplir ces objectifs. Aidez-nous à préserver notre unicité et à faire en sorte qu’elle perdure.

Aidez-nous à communiquer la passion du Devoir à de nouvelles cohortes de lectrices et lecteurs. C’est avec vous, amies et amis du Devoir, que nous pourrons assurer notre pérennité.

Joignez votre voix à la nôtre. Donnez au Devoir.

Le directeur,
Brian Myles