Radio - Le Navire «Night» saboté!

C'est avec consternation que l'on apprenait récemment la disparition de l'émission radiophonique Le Navire «Night», réalisée par Hélène Prévost et diffusée le dimanche soir sur la chaîne culturelle de Radio-Canada.

Partenaire de nombreuses aventures créatrices dans le milieu musical, Le Navire «Night» était la tribune privilégiée des concerts de musique nouvelle, expérimentale électronique et acoustique, de musique improvisée et de projets inédits alliant diverses ressources technologiques. Au cours de ses nombreuses années d'implication sur la scène musicale québécoise et canadienne, cette émission a donné une visibilité à de nombreux artistes créateurs trop souvent oubliés par notre radio d'État, et ses captations radiophoniques ont permis la naissance de bien des projets musicaux innovateurs. Le Navire «Night» voguait avec excellence, pertinence et dynamisme.

Décision étonnante

La décision de retirer cette émission des ondes semble étonnante, alors que dans un communiqué de presse diffusé le 7 mai dernier, Radio-Canada s'engageait à donner une plus grande place à la diversité: «Défendre la diversité culturelle et valoriser notre patrimoine musical sont des enjeux majeurs, des priorités d'intérêt national qui relèvent du service public, explique le vice-président de la Radio française, M. Sylvain Lafrance. La diversité musicale fera de la chaîne un formidable espace de découvertes qui offrira en priorité ses ondes aux musiciens et aux musiques qui n'ont pas leur place ailleurs. De nombreux partenariats avec les milieux professionnels de la musique et du spectacle à travers le pays permettront d'alimenter cette diversité tout en encourageant la création et le talent.»

Le Navire «Night» était une des rares émissions à remplir pleinement ce mandat au sein de la radio d'État. Sa disparition est inquiétante pour les intervenants de ce milieu musical qui est en pleine effervescence et qui compte de nombreux artistes de qualité au Québec et au Canada. Les assistances aux festivals tels que MUTEK, FIMAV, la série SuperOption, Suoni del Popolo, Elektra, et les multiples productions indépendantes qui prolifèrent à Montréal démontrent bien qu'un public de plus en plus nombreux s'intéresse à ces nouvelles musiques dites actuelles, expérimentales, électroniques, improvisées, etc.

Quelle diversité?

Où se retrouvera cette musique sur la nouvelle chaîne de Radio-Canada? Comment se concrétiseront ces bonnes intentions de donner un espace de découvertes aux auditeurs et une place aux artistes créateurs? On s'inquiète de lire dans le communiqué que la nouvelle chaîne «sera aussi résolument plurielle avec une programmation de jour axée sur quatre styles: la musique classique, la chanson francophone, le jazz et les musiques du monde». Et toutes les autres musiques créatives, vous en faites quoi? C'est ça, votre diversité culturelle?

On ose espérer que les nouvelles musiques obtiendront de plus grandes plages horaire, et ce, à des heures moins nocturnes, afin que le public ait vraiment l'occasion de découvrir les créateurs d'ici, pour qui, d'ailleurs, la radio d'État est un moyen privilégié de diffusion. Nous croyons que c'est précisément le rôle d'une radio d'État que de diffuser et de promouvoir la musique de création, celle-ci étant d'ailleurs très souvent financée par l'État.

Nous attendons donc avec impatience la future programmation de la nouvelle chaîne de Radio-Canada, en espérant que «la musique sera à la nouvelle chaîne de Radio-Canada [...] passionnée et passionnante, vivante, représentative de la réalité et de la diversité canadienne», comme leur communiqué le prétendait.

Ce texte est cosigné par Isabelle Bozzini, Serge Lévesque, Richard Simas, Tim Brady, Danielle Palardy Roger, Kathy Kennedy, Marie-Chantal Leclair et Louise Bail.