Un marché immobilier plein de vigueur

Le Devoir Collaboration spéciale
Photo: iStock

Ce texte fait partie du cahier spécial Les grands batisseurs

Les nouvelles sont plutôt bonnes pour le marché immobilier. Selon le tout dernier rapport mensuel sur le marché immobilier au Québec de la firme JLR, le nombre de ventes de propriétés résidentielles a bondi de 22 % en septembre 2019 comparativement au même mois l’année dernière, pour atteindre 10 064 transactions. Les secteurs du condominium et du neuf sont particulièrement vigoureux. Coup d’oeil.

automne a été très actif du côté des ventes immobilières dans la province. Pas moins de 10 064 propriétés ont été vendues en septembre 2019, ce qui représente une augmentation de 22 % par rapport à septembre 2018.

Maisons unifamiliales

Ce sont 84 893 maisons unifamiliales qui ont été acquises au Québec au cours des 12 derniers mois, soit une augmentation de 4 % par rapport à la période de 12 mois précédente.

Le prix médian des résidences unifamiliales vendues au Québec s’établissait à 252 300 $ entre octobre 2018 et septembre 2019, soit 2 % de plus que le prix médian établi un an plus tôt.

Condominiums

Pour les 12 derniers mois, le nombre de condos vendus s’élève à 37 367, soit un bond de 12 % par rapport à la période de 12 mois précédente.

En septembre seulement, le nombre de transactions dans ce secteur se chiffre à 2877, soit une augmentation de 30 % par rapport au même mois un an plus tôt.

Avec 231 condos neufs de plus livrés en septembre 2019 par rapport à septembre 2018, ces derniers contribuent à cette hausse.

Les prix en hausse aussi

Le prix médian des condominiums s’est fixé à 252 000 $ au cours des 12 derniers mois, en hausse de 3 %.

Pour le mois de septembre uniquement, le prix médian a grimpé de 12 % par rapport au même mois l’an passé.

La vigueur du marché du neuf explique en partie l’ampleur des variations. Le secteur affiche par ailleurs une santé particulièrement bonne dans les villes, à part dans quelques endroits, plus chers, comme à Montréal, où les ventes ont diminué à cause du manque de propriétés disponibles.