Quand le retour en classe des petits rime avec la montée du stress pour les grands

Catherine Couturier Collaboration spéciale

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Coffres vides après les vacances, stress des achats scolaires et de la planification des lunchs, retour à un horaire chargé ; la rentrée peut aussi être un moment stressant pour les parents.​

L es sources de stress à la rentrée peuvent être nombreuses pour l’adulte : dépenses pour les achats scolaires alors qu’on revient de vacances, travaux à la maison pour la préparer à l’hiver, retour à un horaire chargé au travail. Or, des parents stressés, cela donne souvent des enfants stressés. « Un parent stressé est plus irritable et autoritaire, constate Nancy Doyon, coach familiale. Cela augmente le stress de tout le monde et peut miner le climat familial. » Un véritable cercle vicieux !

« C’est un beau piège, ajoute Nancy Doyon. On veut embarquer trop vite, trop fort dans le rythme de l’automne, alors que l’été n’est pas terminé. En faisant cette transition trop vite, on est dans le cérébral et moins dans le plaisir, dans le relationnel. » Oui, donc, pour reprendre la routine un peu avant la rentrée, mais on garde un petit air d’été, même après la rentrée scolaire : manger dehors, pique-niquer dans la cour, aller chercher une crème glacée au bar laitier du coin, profiter des fins de semaine pour faire de petites sorties.

Rester à l’écoute

Comme l’anxiété dépend beaucoup de l’environnement, les parents doivent aussi accompagner l’enfant dans ce moment de transition et diminuer les différentes sources de stress. « Il faut rester à l’affût et ne pas leur donner soi-même de la pression de performance ni les assommer avec une tonne de conseils », explique Mme Doyon. On peut donc diminuer le nombre d’activités parascolaires pour éviter de surcharger l’horaire… ou les augmenter, si celles-ci aident l’enfant à surmonter son stress.

« Il faut écouter les enfants », rappelle la coach familiale. « En donnant trop de conseils, on augmente le sentiment d’incompétence de l’enfant et sa vulnérabilité. » Qu’est-ce qui te stresse ? De quoi as-tu besoin ? Qu’est-ce qui t’aiderait ? Autant de façons d’amener l’enfant à trouver ses propres solutions et à lui redonner le contrôle. On évitera également de banaliser ce que les enfants vivent… ou de trop leur mettre de pression. Tout est une question d’équilibre, donc.

Alors que certaines recherches rapportent que la vaste majorité des enfants auraient des problèmes de stress, celui-ci est-il le mal de notre époque ? « Je n’ai pas de chiffres, je crois que ça a toujours été là, croit Nancy Doyon. Je remarque toutefois peut-être une montée du perfectionnisme parental. Il faut lâcher prise, un peu. »