NUA : Quand l'architecture s'enchâsse dans la nature

Ce texte fait partie du cahier spécial Les grands bâtisseurs

Knightsbridge lancera bientôt un projet dans Pointe-Saint-Charles

D’ici quelques semaines, l’entreprise KnightsBridge lancera le Nua, un projet immobilier d’envergure qui sera construit à Pointe-Saint-Charles. Signifiant « nouveau » en irlandais, le terme a été choisi pour faire un clin d’oeil à la communauté irlandaise qui, au XIXe siècle, s’est établie dans le quartier en espérant y trouver de meilleures conditions que celles qu’elle quittait.

« Offrir une meilleure qualité de vie aux résidents, c’est exactement ce qu’on souhaite », indique d’entrée de jeu Simon G. Boyer, cofondateur et associé principal chez KnightsBridge.

Pour ce faire, le promoteur a notamment choisi d’aménager le Nua sur un terrain idéalement localisé. À quelques pas du canal de Lachine, ce dernier se trouve à distance de marche du métro Charlevoix et du marché Atwater. Il est également situé aux abords du parc des Chaudronniers, lequel est niché au centre du quadrilatère que forment les rues Saint- Patrick, Island, Augustin- Cantin et de Laprairie.

« C’est un parc avec de superbes arbres centenaires qui est présentement peu utilisé par les gens du quartier parce qu’il est enclavé », note M. G. Boyer.

Comportant une soixantaine de logements, le Nua s’intégrera de manière naturelle au parc mature. L’implantation de ses bâtiments sera très ouverte, et plusieurs espaces verts seront aménagés entre les différents appartements de l’ensemble immobilier.

« Quand on a fait le choix d’aller de l’avant avec le projet, on a décidé de ne pas se contenter de construire des logements qui donneraient sur le parc, précise le promoteur. On s’est dit qu’il fallait trouver un moyen d’agrandir le parc et de le rendre plus accessible grâce au projet. En privilégiant une implantation ouverte, on arrive à désenclaver le parc et à le faire cheminer sur une autre rue. Ça va permettre de créer un dialogue entre les espaces publics et privés et de favoriser les rencontres entre voisins. En plus, quand les résidents du projet vont sortir de chez eux, ils vont se retrouver dans un espace très végétalisé et très agréable. »

Une construction exemplaire

 

Toujours dans l’esprit d’offrir un milieu de vie exceptionnel à ses clients, KnightsBridge s’est efforcé de concevoir un projet où la qualité des aménagements et la mixité seront à l’honneur.

D’architecture très contemporaine, le Nua comportera une variété de bâtiments, dont les hauteurs iront de deux à six étages. Ceux-ci seront travaillés en gradins, ce qui permettra à la majorité des logements de profiter de vastes terrasses offrant une vue sur les jardins de l’ensemble immobilier.

Le Nua bénéficiera également d’une généreuse fenestration. « Ça permettra une forte relation avec l’extérieur », souligne M. G. Boyer.

Les topologies et superficies des appartements du projet seront variées. On y trouvera des logements d’une à trois chambres, dont quelques appartements-terrasses avec mezzanine, mais également des appartements de plus petite taille.

« On fait notre effort pour retenir les familles à Montréal, souligne le promoteur. On vise toujours 20 % de logements familiaux dans nos projets, alors que la moyenne montréalaise se situe autour de 5 %. On essaie aussi de favoriser l’accessibilité au logement avec des projets abordables. Dans ce cas-ci, ça signifie que 20 % de nos logements auront trois chambres, 20 % en auront une et les autres deux. »

Comme tous les projets de KnightsBridge, le Nua visera l’obtention d’une certification LEED Platine. Sa construction répondra donc à des critères de qualité et d’efficacité énergétique très élevés.

Les ventes de Nua seront lancées au printemps 2018. Les travaux de construction débuteront pour leur part à l’automne de la même année. Quant à la livraison, elle aura lieu à la fin de l’année 2019.

KNIGHTSBRIDGE

Cofondée par le jeune entrepreneur Charles-Antoine Gosselin et l’ingénieur Simon G. Boyer, KnightsBridge a vu le jour en 2012. En se lançant dans les affaires, ceux-ci se sont donné une mission de taille : transformer l’industrie de la construction et faire de leur entreprise l’un des joueurs les plus réputés du Grand Montréal.

Ayant remporté sept prix Domus, dont le prestigieux titre de constructeur de l’année, KnightsBridge est certes en voie d’atteindre son objectif.

« On a pris beaucoup d’ampleur depuis nos débuts, mais notre visée reste la même, signale M. G. Boyer. Pour nous, le développement immobilier, c’est bien plus qu’assembler du béton, du bois et de la céramique. On veut offrir une qualité de vie exceptionnelle aux gens. Pour y arriver, on réfléchit énormément à nos projets et au mode de vie qu’on souhaite réaliser. On mise sur la qualité de nos constructions et on développe des projets qui contribuent à créer une vie de quartier intéressante, qui offrent des services ou qui sont à proximité, et qui limitent le temps de transport des résidents. »

Elää

Situé aux portes de Verdun à quel - ques minutes de marche du métro Atwater, Elää est un projet que KnightsBridge a réalisé en partenariat avec l’entreprise District Atwater. D’architecture avantgardiste, l’ensemble immobilier comprend six blocs de quatre étages avec mez za nines et 41 logements d’une à quatre chambres. Visant la certification LEED Platine, il répond aux plus hauts standards mondiaux en matière de qualité et d’efficacité énergétique. Il est doté de cours intérieures communicantes, et son aménagement favorise l’interaction entre les résidents. Seulement deux logements du projet sont toujours à vendre.

3-33 du Canal

Idéalement localisé à l’entrée du parc René-Lévesque, face à la marina de Lachine, le site qui accueillera le 3-33 du Canal est l’un des plus pittoresques de l’île de Montréal. KnightsBridge y cons - truira une dizaine de maisons de ville haut de gamme d’ici l’automne 2018. Celles-ci seront toutes dotées de trois ou quatre chambres et auront des superficies qui oscilleront entre 175 m2 (1889 pi2) et 226 m2 (2438 pi2). S’adressant à des acheteurs expérimentés et en moyens, elles seront aménagées sur mesure pour les futurs occupants.

Le Sainte-Hélène

Baptisé Le Sainte-Hélène en raison de son ancienne vocation de couvent et de sa proximité avec l’école primaire Hélène-Boullé, ce projet de réinsertion urbaine sera réalisé rue Casgrain dans l’arrondissement Villeray. Il comportera 11 logements d’une à quatre chambres qui se déploieront sur un, deux, ou quatre paliers. Sa construction débutera à l’été 2018 et sa livraison aura lieu en 2019. Si tout se passe comme l’espère le promoteur, le projet devrait obtenir la certification LEED

Ce contenu spécial a été produit par l’équipe des publications spéciales du Devoir, relevant du marketing. La rédaction du Devoir n’y a pas pris part.



À voir en vidéo