Les flâneurs

Illustration: Le Devoir

François
Lévesque

Prends ça court ! a 15 ans

Il s’en est fallu de peu pour que le gala Prends ça court ! n’ait pas lieu cette année, faute de financement. Or tout s’est arrangé, ou en tout cas suffisamment pour que Danny Lennon, défenseur et promoteur passionné du court, rempile pour une 15e édition. La fête, et c’en est toute une, se tiendra le 27 février à 19 h à la Cinémathèque dans le cadre des Rendez-vous Québec Cinéma. Julie Le Breton et Rémi-Pierre Paquin seront les animateurs. C’est là une vitrine privilégiée pour voir les talents québécois qui montent, talents bénéficiant en cette occasion d’encouragements en pécule ou en services.


Odile
Tremblay

Sur les pas de Martha Graham

Ceux qui ont pu voir sur scène l’Américaine Martha Graham, surnommée « la danseuse du siècle », se raréfient. Morte à 96 ans en 1991, cette immense chorégraphe, qui a bouleversé les règles de son art en l’ancrant dans une modernité fulgurante, aura laissé en legs un répertoire de ballets, mais aussi un esprit. Dans le cadre de Montréal en lumière, avec l’appui de Danse Danse, la Martha Graham Dance Company, créée en 1926, offre au théâtre Maisonneuve un hommage à sa fondatrice, jusqu’à ce samedi. Un événement artistique qui ancre son oeuvre dans un XXIe siècle qu’elle aura préfiguré.


Caroline
Montpetit

Émile Proulx-Cloutier le surdoué

Un bouillon de colère, une touche d’amertume, un vent d’utopie, une tempête d’émotions lui ébouriffent le réalisme. Le surdoué Émile Proulx-Cloutier a fait monter autour de lui sa Marée haute et a produit un disque du même nom aux textes justes et aux arrangements ingénieux. Il expose les drames du doute, de la mort, des départs, de l’identité, de l’exploitation, de la vie qui bat, pas toujours dans le bon sens. Je ne peux oublier la terrible version adaptée de Mommy, Daddy, signée jadis par Marc Gélinas et Gilles Richer, reprise ici pour traduire l’agonie des langues autochtones, dont on entend quelques mots en innu de Natasha Kanapé Fontaine.


Manon
Dumais

Frissons garantis

Lundi dernier, la bande derrière Terreur 404 a enfin reçu les prix qu’elle avait remportés en septembre au Webfest de Berlin, soit le Grand Prix du jury et le prix de la meilleure série action/thriller/suspense. Lancée sur Tou.tv au printemps dernier, Terreur 404 brille à l’international et la liste des festivals dans lesquels elle est sélectionnée continue de s’allonger… Écrite par Samuel Archibald et William H. Messier, réalisée par Sébastien Diaz, cette websérie est du bonbon pour les fans des films de Mario Bava, des romans de Stephen King et de la série Bizarre, bizarre.Pas de pression, les garçons, mais on aimerait bien un long métrage !