Catalogne: malaise au sujet de la candidature de Puigdemont

Les indépendantistes de Catalogne devront décider dans les jours qui viennent s’ils continuent de soutenir Carles Puigdemont, dont la candidature à la tête de la région les divise de plus en plus. Contrairement aux mouvements indépendantistes du Québec ou d’Écosse, contrôlés par un parti quasiment hégémonique, le camp sécessionniste catalan est représenté dans la région du nord-est de l’Espagne par trois partis, allant de l’extrême gauche au centre droit et souvent en désaccord. Des tensions qui ont refait surface mardi, quand le président du Parlement catalan, Roger Torrent, a reporté par surprise la séance d’investiture de Carles Puigdemont. Ce dernier avait été destitué, en même temps que tout son gouvernement, le 27 octobre, quand le gouvernement espagnol de Mariano Rajoy avait pris le contrôle de la région, quelques heures après la proclamation d’une « République catalane » à Barcelone.