DPJ

Photo: Productions Lustitia

Avec DPJ, Guillaume Sylvestre suit les travailleurs d’un monde troublé, celui du Directeur de la protection de la jeunesse, ainsi que les familles auprès desquelles ses membres interviennent. Le cinéaste, qui n’a pas peur du débat, a choisi de suivre une majorité de cas qui se trouvent en zones grises. DPJ n’est pas un film agréable à regarder. On en sort avec plus de questions que de réponses. Fallait-il vraiment placer ces enfants, comment vivront-ils, le cas échéant, l’adoption, est-il possible pour des parents de surmonter leurs incapacités ?


Notre critique complète

Horaire en salles

DPJ

★★★

Documentaire de Guillaume Sylvestre. Canada, 2017, 116 minutes.