Après la foudre (V.F. de Wonderstruck)

En 1927 et en 1977, une petite fille et un petit garçon s’enfuient à New York afin, pour l’une, de rencontrer une actrice célèbre, et pour l’autre, de retrouver son père inconnu. Par-delà les barrières du temps, leurs destins se croiseront au Musée d’histoire naturelle. Ainsi en va-t-il dans Après la foudre, un conte empreint de réalisme magique basé sur un roman d’Henry Selznick. Pas étonnant que Todd Haynes, chantre de l’expérimentation, se fût intéressé à ce récit à double temporalité mené par deux gamins sourds : ces derniers ne pouvant s’en remettre qu’à leurs yeux pour mener à bien leur quête respective, cela permet au cinéaste de revenir aux racines du cinéma alors que l’image en mouvement raconte tout (ou presque). Complexe sous ses dehors artisanaux, la réalisation de Haynes fait honneur à ses précédentes, dont Carol. Hélas, l’ensemble s’avère assez prévisible. Cela étant, le film possède un charme suranné certain.

Notre critique complète

Horaire en salles

Après la foudre (V.F. de Wonderstruck)

★★★

États-Unis, 2017, 117 minutes. Drame fantaisiste de Todd Haynes. Avec Oakes Fegley, Millicent Simmonds, Julianne Moore, Michelle Williams.