Rohingyas: «cauchemar humanitaire»

Cox’s Bazar — Au moins 60 Rohingyas tentant de rejoindre le demi-million de réfugiés au Bangladesh voisin sont morts ou disparus en mer, a annoncé vendredi l’ONU, qui dénonce un « cauchemar humanitaire » dans ce qui est devenu un des plus grands camps de réfugiés au monde. La Croix-Rouge internationale évoque la présence d’une seule toilette pour plusieurs centaines de personnes, avec pour conséquences des excréments s’accumulant un peu partout. Un lot de 900 000 doses de vaccin contre le choléra est en cours d’acheminement vers les camps, où les ONG internationales redoutent une épidémie. La Croix-Rouge estime les besoins en eau pour le demi-million de personnes entassées dans des camps de fortune à 3,6 millions de litres par jour. Près de 90 ONG ont par ailleurs dénoncé des « crimes contre l’humanité » commis au Myanmar contre les Rohingyas et réclamé que l’ONU étudie l’imposition d’un embargo sur les armes, selon un communiqué de l’ONG Human Rights Watch.