Emily Dickinson: l’histoire d’une passion (V.F. de A Quiet Passion)

Photo: TVA Films

Nouvelle-Angleterre, années 1850. Consciente des règles de conduite auxquelles une jeune fille de bonne famille doit obéir, Emily Dickinson, touchée par la grâce de la poésie, demande à son père, fier puritain, la permission d’écrire durant la nuit. Cette permission lui ayant été accordée, Emily va coucher sur papier, durant les décennies qui vont suivre, une oeuvre en vers qui, à quelques poèmes près, ne connaîtra la pleine lumière qu’après sa mort. Sa vie sans histoire, qui a pris fin dans d’atroces souffrances causées par une rare maladie rénale, aura été surtout marquée par son affection pour ses proches et le sacrifice d’une vie amoureuse, toutes deux sublimées dans son art. Ce téléthéâtre grand luxe est l’oeuvre d’un cinéaste qu’on a cependant connu mieux inspiré par la musique et les silences évocateurs. Le filmage très frontal privilégié par Terence Davies, caractérisé par une élégance impeccable (et un brin artificielle par moments), veut rendre justice à la parole d’une des auteures les plus remarquables du Nouveau Monde.

Emily Dickinson : l’histoire d’une passion (V.F. de A Quiet Passion)

(4) Grande-Bretagne, 2016, 125 min. Drame biographique de Terence Davies avec Cynthia Nixon.