Les ingénieurs de l’État demandent l’arbitrage

Québec — Les 1400 ingénieurs de l’État, qui sont en grève depuis le 24 mai, souhaitent finalement qu’un arbitre fixe leurs conditions de travail. Les ingénieurs ont répondu lundi à la plus récente offre du gouvernement en exigeant la mise en place d’un processus d’arbitrage « neutre, indépendant [et] exécutoire dans le but de dénouer l’impasse ». Les ingénieurs, qui réclamaient une hausse de salaire de 20 % d’ici deux ans, se disent maintenant prêts à accepter des augmentations salariales de 16,5 % sur sept ans. Québec a déjà fait part de ses intentions d’imposer une loi spéciale si le conflit ne se règle pas par la négociation.