Duterte bombarde les islamistes

L’armée philippine bombardait depuis les airs jeudi une ville du sud de l’archipel où des islamistes inspirés par l’organisation État islamique ont tué au moins 11 civils, selon les médias, justifiant l’instauration de la loi martiale par le président Rodrigo Duterte. Les combattants islamistes ont commencé voici deux jours à semer le chaos dans la localité à majorité musulmane de Marawi, ce qui a décidé M. Duterte à décréter le régime d’exception dans toute la région de Mindanao. Celle-ci s’étend sur un tiers méridional du territoire philippin et 20 % des plus de cent millions d’habitants de l’archipel y vivent. Les autorités expliquent qu’il est très difficile de venir à bout de la crise, même si les djihadistes ne sont plus que 30 ou 40. Ils sont retranchés dans des immeubles résidentiels, ont placé des bombes artisanales dans les rues et pris des catholiques en otages. L’armée a annoncé avoir largué des bombes sur des quartiers résidentiels.