Pas d’homosexuels en Tchétchénie

Moscou — Le président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a démenti mercredi toute arrestation d’homosexuels dans la république russe du Caucase, dénonçant comme des « provocations » les articles de presse faisant état de la traque de cette communauté. Fin mars, une enquête du journal indépendant Novaïa Gazeta a révélé que les homosexuels sont devenus la cible des autorités en Tchétchénie, société conservatrice où l’homosexualité est un crime passible de mort dans la majorité des familles. Selon le journal, les autorités locales ont arrêté plus de 100 homosexuels et incité leurs familles à les tuer pour « laver leur honneur ». Des homosexuels tchétchènes ayant fui à Moscou ont affirmé avoir été détenus « dans une prison non officielle ». Le porte-parole de M. Kadyrov avait éludé le problème en assurant qu’il ne peut pas y avoir d’exactions contre les homosexuels puisque ceux-ci « n’existent pas » en Tchétchénie.