Les femmes du 20e siècle (V.F. de 20th Century Women)

Photo: YouTube

Californie, 1979. Dorothea élève seule Jamie, son fils de 15 ans. Enfin, cette quinquagénaire à l’esprit ouvert n’est pas si seule puisque sa grande maison décrépite de Santa Barbara, perpétuellement en travaux, abrite aussi deux logeurs : William, un ouvrier bohème chargé des rénovations, et Abbie, une photographe délurée préoccupée par des ennuis de santé. Il arrive aussi que Julie, la fille mélancolique des voisins âgée de 17 ans, passe la nuit dans le lit de Jamie. Les rapports des deux adolescents sont platoniques, mais Jamie n’en est pas moins rendu à l’âge de découvrir les choses de la vie. Craignant de ne pas suffire à la tâche, Dorothea demande à Abbie et à Julie d’aider son fils à mieux comprendre et respecter les femmes. Ces dernières, chacune à sa façon, s’exécutent. Or, sans le vouloir, leur attention creuse un fossé entre le garçon bien dans sa peau et cette mère pleine de bonne volonté, mais triste et seule.

Est-ce que ça prend un homme pour élever un homme ? Mike Mills (Thumbsucker, Beginners) risque cette question délicate dans un 3e opus tout aussi fragile, par lequel il rend un hommage senti à sa mère et aux femmes. C’est dire que l’esprit du Truffaut des années Antoine Doinel n’est pas très loin. Sans jamais recourir aux ressorts et formules, l’auteur livre ici une tranche de vie, dans laquelle il faufile en parallèle, et de façon quasi subliminale, cinq odyssées initiatiques, modulées par cinq interprètes de grande qualité. La forme libre se caractérise par des voix off changeantes et des digressions qui ont parfois l’inconvénient de flouter le point de vue ou de créer un effet d’éparpillement. En revanche, les compositions d’images vivantes et complexes sont enrichies par une reconstitution d’époque inspirée. Puis habilement surmontées d’une musique originale (signée Roger Neill), composée et jouée avec des synthétiseurs, pour un surcroît d’authenticité « vintage ».

Les femmes du 20e siècle (V.F. de 20th Century Women)

(3) États-Unis, 2016. 118 min. Drame de Mike Mills avec Annette Bening, Lucas Jade Zumann, Greta Gerwig, Elle Fanning, Billy Crudup, Alia Shawkat.