650 millions pour la santé reproductive et l’avortement

Justin Trudeau a profité de l’occasion de la Journée internationale des femmes pour faire cette annonce.
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Justin Trudeau a profité de l’occasion de la Journée internationale des femmes pour faire cette annonce.

Le gouvernement Trudeau consacrera 650 millions de dollars sur trois ans à la santé sexuelle et reproductive des femmes des pays en voie de développement. De l’argent qui servira notamment à financer la planification familiale, la contraception, mais aussi l’avortement.

Changement de cap, donc, pour le gouvernement canadien, qui avait cessé en 2010 de financer les avortements à l’étranger sous le règne des conservateurs de Stephen Harper.

Lors de leur entrée en fonction, les libéraux avaient avisé leurs partenaires qu’ils pourraient à nouveau financer l’avortement ou des projets discutant de l’avortement. L’enveloppe annoncée mercredi à Ottawa sera la première consacrée par les libéraux permettant le financement de l’avortement dans les pays pauvres où la pratique est légale, de 2017 à 2020.

Justin Trudeau et sa ministre du Développement international, Marie-Claude Bibeau, ont profité de l’occasion de la Journée internationale des femmes pour annoncer l’octroi des sommes qui n’avaient pas encore été affectées par le ministère du Développement international.

«Les programmes qui bénéficieront de ce financement aideront à prévenir la violence sexuelle et sexiste, dont les mariages précoces et forcés ainsi que la mutilation génitale féminine, et à y réagir. Ils contribueront également au soutien du droit des femmes de choisir un avortement sût et légal et d’avoir accès à des soins post-avortement», explique le gouvernement dans son communiqué de presse.

«Le Canada est résolu à mener une action mondiale pour soutenir la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles. Les droits des femmes commencent par le droit de chaque femme et de chaque adolescente de disposer de son corps et de prendre ses propres décisions», a fait valoir la ministre Bibeau.

La semaine dernière, la ministre annonçait qu’Ottawa verserait 20 millions à un fonds international visant à contrer le désengagement de Donald Trump en matière d’aide internationale, qui a interdit aux organismes d’aide humanitaire financés par les États-Unis de pratiquer des avortements ou même de parler d’avortement à l’étranger.

L’annonce de mercredi comprend cette première enveloppe.

2 commentaires
  • Simon Pelchat - Abonné 8 mars 2017 12 h 55

    Bonne nouvelle

    C'est une bonne nouvelle pour les femmes et les pays concernés. Je me réjouis de cette annonce. Il reste à être très vigilant maintenant pour que ces argents se rendent aux femmes. Pour ce faire, les structures ici et sur le terrain qui administreront ces fonds doivent rendre des comptes auprès de nous, citoyens de leur bonne gouvernance et de leur capacité à contrer les pressions des dirigeants politiques de ces pays ainsi que dirigeants des organismes humanitaires à détourner une partie importante de ces argents en cadeaux pour les uns et en émoluments exorbitants et frais administratifs pour les autres. La Ministre doit nous donner des informations sur les mécanismes de suivi des dépenses et une reddition des comptes à chaque année sur le nombre de femmes qui en auront béneficié par pays.

  • Christiane Gervais - Inscrite 8 mars 2017 14 h 00

    Mauvaise cible?

    Si on coupait les vivres aux gouvernements de ces pays qui dépensent des milliards en armements et dans lesquels les femmes n'ont aucun contrôle sur leurs droits, leur sexualité, leur reproduction, leur vie?