L’arrivée (V.F. de Arrival)

Photo: YouTube

Le monde entier retient son souffle lorsque des vaisseaux venus d’une autre planète apparaissent subitement dans douze sites différents du globe. Les autorités ne savent comment interpréter la présence de ces immenses ovnis de forme oblongue, suspendus à quelques mètres du sol. Afin d’établir le contact avec l’équipage de celui qui est dressé au-dessus d’une plaine du Montana, l’armée américaine fait appel à la docteure Louise Banks, linguiste réputée. À bord du vaisseau défiant les lois de la gravité, Louise et le mathématicien Ian Donnelly tentent de jeter les bases d’un dialogue avec les extraterrestres. Ceux-ci ont l’apparence de gigantesques pieuvres, qui s’expriment en vaporisant une encre volatile qui, en suspension dans l’air, forme des symboles complexes. Au fil des rencontres, une certaine compréhension mutuelle commence à poindre, jusqu’à ce qu’un mot mal choisi fasse grimper la tension entre les deux camps. Ces visiteurs sont-ils amicaux ou hostiles ? Autour du monde, les avis sont partagés et la Chine, que le mystère rend nerveuse, leur lance un ultimatum.

Denis Villeneuve (Incendies, Prisoners) exploite le plein sens du mot universel dans cette variation philosophique et onirique sur la rencontre de l’Autre. Pulsé par un profond sens du décorum et la savante mise en place d’un suspense psychologique versant dans le politique, Arrival est à prendre comme une invitation à la communication, par les idées et la parole, dans un monde en perte de sens, plus prompt à réagir qu’à réfléchir. Au nombre des lignes de force de ce film tourné au Québec, signalons d’emblée la composition brillante d’Amy Adams, dans le rôle d’une femme à fleur de peau mais dont la parole (encore ce mot) fait autorité. Également, la partition atmosphérique de Johann Johansson, sorte de bruitage polyphonique qui complémente avec brio le minimalisme ultra-sophistiqué de la mise en scène et des décors. On peut cependant reprocher au scénariste quelques développements manichéens et d’avoir un peu négligé le personnage de Jeremy Renner, qui néanmoins se défend bien.

L’arrivée (Arrival)

(3) États-Unis. 2016. Science-fiction de Denis Villeneuve avec Amy Adams, Jeremy Renner, Forest Whitaker, Michael Stuhlbarg, Mark O’Brien, Tzi Ma.