Le ministre Carr critiqué pour avoir évoqué une intervention contre des manifestants

Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le ministre fédéral des Ressources naturelles, Jim Carr

Le ministre fédéral des Ressources naturelles a évoqué la possibilité de faire appel aux policiers si des manifestations non pacifiques devaient s’organiser contre les deux oléoducs qu’Ottawa vient d’approuver dans l’ouest du pays.

Les propos de Jim Carr, rapportés jeudi soir par le Edmonton Journal, ont fait bondir l’opposition néodémocrate et bloquiste aux Communes, vendredi matin.

Le ministre s’était fait applaudir par l’assemblée d’hommes d’affaires albertains devant laquelle il a fait sa déclaration sur l’éventualité d’une intervention contre des manifestants environnementalistes.

« Si les gens choisissaient de ne pas être pacifiques, alors le gouvernement du Canada, par ses “forces de défense”, par ses forces de police, s’assurera de la sécurité des gens », avait-il déclaré, après avoir dit que la dissidence pacifique était bienvenue.


Droit de manifester

À Ottawa, vendredi, les collègues du ministre Carr se sont contentés de répéter que les Canadiens ont droit à la dissidence et aux manifestations. « On a le droit de faire des manifestations, d’exprimer des opinions. C’est comme ça qu’on fait les choses au Canada », a offert la ministre Catherine McKenna à sa sortie des Communes.

La ministre de l’Environnement, pas plus que son collègue aux Transports, Marc Garneau, n’a pas voulu rabrouer davantage le ministre Carr.

En fin de journée vendredi, le bureau du ministre tentait de réparer les pots cassés. « Le ministre Carr ne voulait pas insinuer que des mesures seraient prises contre des manifestants », a écrit dans un courriel Alexandre Deslongchamps, porte-parole de M. Carr.


Inquiétudes

Néodémocrates et bloquistes ont pourtant perçu une « menace claire », des « propos incendiaires » et des « paroles dangereuses ».

« Des commentaires faits deux jours après l’annonce des projets », s’est insurgée la députée néodémocrate Niki Ashton. « De telles menaces, ça fait peur au monde », a-t-elle jugé, rappelant la situation à Standing Rock, au Dakota du Nord, où des manifestants campent illégalement depuis des mois pour bloquer un projet d’oléoduc.

« Le maintien de la loi et l’ordre est une responsabilité provinciale », a cru bon de souligner son collègue Randall Garrison. « Je pense que quelqu’un doit rappeler au ministre des Ressources naturelles que, tout d’abord, le gouvernement n’a pas l’autorité d’utiliser la police ou les militaires de cette manière », a-t-il ajouté.

La députée bloquiste Monique Pauzé s’inquiète pour ce qui s’annonce si jamais le projet d’oléoduc Énergie Est était autorisé par Ottawa. « Il y a beaucoup de résistance pour Énergie Est au Québec », a-t-elle rappelé.

« Le premier ministre et ce gouvernement-là avaient tellement suscité d’espoirs par rapport à l’environnement. Et ces espoirs-là, pour l’instant, passent vraiment à la trappe », a-t-elle ajouté. « On a un ministre qui fait des menaces aux manifestants. Ayoye ! », s’est-elle aussi exclamée.


Le Parti conservateur silencieux 

Pour sa part, le Parti conservateur, qui appuie tous les projets d’oléoducs, préfère se tenir loin de cette controverse. À sa sortie des Communes, le député Gérard Deltell n’a pas voulu commenter les propos du ministre Carr.

« Je n’ai pas entendu la déclaration. Donc, je vais m’abstenir d’aller plus loin », a lâché M. Deltell. Il n’a pas senti le même devoir de s’abstenir pour ce qui est des commentaires qu’on attribue à la leader du Parti vert.

« Quand je vois qu’une de mes collègues Mme (Elizabeth) May, est allée dire » moi je suis prête à faire de la désobéissance civile « ça, ça n’a pas sa place dans le système démocratique », a-t-il tranché.

2 commentaires
  • William Dufort - Abonné 2 décembre 2016 20 h 06

    Pas fort.

    Comme Moncief vendredi, il va être forcé de s'excuser, va expliqué qu'il a été mal cité ou mal compris, bla, bla, bla.

    Quel cabinet d'amateurs, pour rester poli.

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 2 décembre 2016 20 h 23

    Ottawa ne décide pas seul de ce qui socialement acceptable ou au contraire inacceptable

    J'espère que l'on n'assistera pas. comme ce fut le cas à Montréal lors du «printemps érable», à toutes sortes d'obstructions et d'empêchements policiers rendant, à toute fin pratique, le droit de manifester caduc. Sans y participer directement, les policiers devront aider les manifestants à organiser des manifestations pacifiques: c'est leur droit le plus fondamental et le ministre devra bien l'accepter. Dans le cas contraire, les tribunaux auront le temps d'intervenir pour forcer les policiers à agir correctement, la construction d'un oléoduc prenant plus de temps que les quelques mois qu'a duré le «printemps érable».