L’appui au PLQ recule

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Au plus bas dans les intentions de vote depuis les élections de 2012: voilà le constat sur lequel le Conseil général du Parti libéral du Québec (PLQ) s’ouvrira ce samedi. Le parti de Philippe Couillard a en effet perdu quatre points en un mois et se serait retrouvé au coeur d’une course à trois si des élections avaient eu lieu cette semaine, indique un sondage Léger.

Réalisé entre lundi et jeudi pour le compte du Devoir et du Journal de Montréal, le coup de sonde accorde 31 % d’appuis au PLQ, à égalité statistique avec le Parti québécois (PQ, à 30 %). La Coalition avenir Québec (CAQ) est légèrement derrière, avec 25 %, alors que Québec solidaire est crédité de 10 % d’appuis — l’aiguille ne bouge essentiellement jamais pour ce parti.


Comparativement aux résultats du dernier sondage Léger publié le 1er octobre, c’est donc un recul de quatre points pour les libéraux, un gain d’un point pour le PQ, et une hausse de deux points pour la CAQ. Certains de ces mouvements sont statistiquement non significatifs. Mais le tableau général indique surtout que le Québec aurait essentiellement voté cette semaine de la même manière qu’il a voté lors des élections qui ont porté au pouvoir un gouvernement minoritaire péquiste en 2012.

À ce moment, le PQ avait obtenu 32 %, le PLQ 31 %, et la CAQ, 27 %. « C’est la première fois qu’on peut voir qu’on se dirige vers une course à trois, note Christian Bourque, vice-président de la firme de sondages. Les résultats se resserrent. »

Chez les francophones, le PQ domine avec 38 % d’appuis, dix points devant la CAQ… et 19 points devant les libéraux. Ces derniers ont là aussi perdu quatre points depuis le 1er octobre, que se partagent ses deux principaux adversaires. Quant à la satisfaction envers le gouvernement, elle demeure faible : 26 %, contre 66 % de répondants qui se disent insatisfaits.

Impossible de dire précisément ce qui a pu affecter la confiance des électeurs à l’égard du gouvernement, soutient Christian Bourque. Mais plusieurs éléments y ont assurément contribué, pense-t-il : le rapport interne d’un membre du conseil exécutif très critique du parti ; les allégations de Lino Zambito ; les révélations de l’émission Enquête sur des collecteurs de fonds du PLQ et la Société immobilière du Québec ; tout le dossier de l’espionnage des journalistes, « même si le gouvernement a réagi vite » ; l’affaire Gerry Sklavounos. « Ce sont tous des éléments qui créent un climat plus ou moins positif. »

 

Pas d’effet Lisée

Pour le PQ du nouveau chef Jean-François Lisée, les nouvelles sont plutôt neutres, pense M. Bourque. « Il n’y a pas d’effet Lisée sur les résultats du parti », remarque-t-il.

Un autre indicateur révèle une certaine tiédeur de la population à l’égard de M. Lisée et des autres chefs : celui de la question de savoir qui ferait le meilleur premier ministre du Québec. M. Couillard (18 %), M. Lisée (17 %) et François Legault (17 %) sont tous à égalité — et tous derrière le score de leur parti. Quatre péquistes sur dix n’accordent par leur vote à M. Lisée à cet égard.

 

M. Lisée ne se démarque pas non plus dans la catégorie du chef qui représente la meilleure opposition au gouvernement (27 %, deux points devant M. Legault). C’est aussi ce dernier qui représente le plus le changement, estiment les répondants.

Dans les jours suivant son élection comme chef du PQ en 2015, Pierre Karl Péladeau avait été crédité de 30 % d’appuis comme meilleur premier ministre, dix points devant Philippe Couillard. L’effet avait toutefois été bref : moins d’un mois plus tard, M. Couillard obtenait 27 %, et M. Péladeau 25 %…

Pour Christian Bourque, tout le portrait indique donc une division assez complète du portrait politique : trois partis à moins de six points d’écart ; trois chefs également populaires (ou impopulaires, c’est selon) ; Montréal qui est plutôt libérale (39 %), Québec qui voterait CAQ (38 %), et les régions davantage péquistes (34 %).

Médecins et surplus

Deux questions périphériques posées par Léger montrent deux autres formes de division au sein de la population. D’une part, 45 % des répondants estiment que la « rémunération actuelle des médecins au Québec est adéquate », contre 34 % qui la jugent trop élevée. Et en ce qui concerne l’utilisation du surplus budgétaire de deux milliards du gouvernement, 52 % pensent que Québec devrait « d’abord réinvestir dans les services publics », alors que 43 % opteraient pour diminuer les impôts.

Le sondage a été mené en ligne auprès de 999 personnes entre les 7 et 10 novembre 2016. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 % dans 19 cas sur 20.

 

La violence sexuelle est préoccupante

Dans la foulée de l’affaire Sklavounos et des agressions à l’Université Laval, le sondage Léger révèle que près de neuf répondants sur dix estiment que le « harcèlement sexuel et la violence sexuelle sont un problème de société » plus répandu qu’avant (31 %) ou aussi répandu qu’avant (56 %). De même, 59 % des gens estiment que la société est « moins tolérante qu’avant » quant à cette violence qui touche principalement les femmes.

Dans ce contexte, 44 % des répondants se disent insatisfaits de la manière dont les services de police s’occupent de ces cas (contre 37 % qui sont satisfaits). Plus tranché est le jugement sur la manière dont le système de justice s’occupe des mêmes situations : 60 % des répondants sont insatisfaits, contre à peine un quart (26 %) qui se disent satisfaits.
6 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 12 novembre 2016 10 h 38

    Question

    "Montréal est plutôt libérale". Dans "Montréal", on comprend quoi? La Ville? La CUM? La grande agglomération? Si on en exclut Laval et la Rive-sud, est-ce que ces deux banlieues tout à fait urbaines incluant de substantielles minorités culturelles font partie des "régions"? Amalgamer Longueuil et St-Luc-de-Vincennes, ça ne tient pas outre le fait que c'est francophone.

  • J-Paul Thivierge - Abonné 12 novembre 2016 11 h 53

    Si on pouvait décoller la base électorale PLQ des anglos et allos

    Les sondages seraient bien différents si les électeurs de l'ouest de Montréal ne votaient pas PLQ par automatisme.
    quand on constate les résultats de ce sondage on peut r^ver d'un scrutin préférentiel où les électeurs choisiraient par ordre 1-2-3 au lieu de mettre un X traditionnel .
    Assurément, on aurait un gouvernement majoritaire et les partis farfelus seraient éliminés des discours.

  • Patrick Daganaud - Abonné 12 novembre 2016 14 h 14

    L’appui au PLQ recule...

    Peut-être a-t-il perdu le sens de Parti...

    Et celui de Libéral.

    Que lui reste-t-il?

  • Danielle Houle - Abonnée 13 novembre 2016 10 h 17

    C'est très bien ce recul!

  • Raynald Richer - Abonné 13 novembre 2016 12 h 52

    Et chez les non-francophones ?


    On donne la répartition des pourcentages chez les francophones mais on ne la donne pas pour les non-francophones. Pourquoi ? Autocensure ?