Edward Snowden en vidéoconférence à McGill

L’informaticien américain Edward Snowden
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’informaticien américain Edward Snowden

La conférence vidéo offerte par Edward Snowden à l’Université McGill a commencé avec un peu plus d’une heure de retard, mercredi soir. L'événement a été perturbé par des membres du syndicat d’employés occasionnels de l'université, qui ont érigé une ligne de piquetage en face de la salle de l’événement.

Ce débrayage « est une force » qui « fait partie de la démocratie », a lancé M. Snowden en commençant son intervention. La salle, pouvant accueillir jusqu'à 600 personnes, s'est très vite remplie.

Il y a un peu plus de trois ans, en juin 2013, l’informaticien américain s'est fait connaître en révélant au grand jour les pratiques de surveillance de masse de la National Security Agency (NSA).
 
Cette semaine, le Québec se fait servir un dur rappel de cette réalité avec la surveillance policière de nombreux journalistes, dont le chroniqueur vedette de La Presse Patrick Lagacé. Edward Snowden s’y est intéressé de très près en partageant et en commentant le sujet sur son compte Twitter.


Suivez notre couverture en direct sur Twitter :


4 commentaires
  • Louis Langelier, Klmnop Canada - Abonné 2 novembre 2016 21 h 59

    La protection de la vie privée: "So what!"

    Parmi toutes les choses que cet homme cultivé et pondéré a dites ce soir, je retiens l’éloquent argumentaire de Snowden sur l’importance fondamentale de la protection de la vie privée pour contrer le désespérant « Je m’en fiche : je n’ai rien à cacher ».
    La protection de la vie privée, c’est la base de nos droits les plus fondamentaux. C’est la possibilité d’avoir ses propres idées, d’en discuter avec qui on veut. C’est la possibilité de communiquer avec qui on veut, de se rendre où on veut, de consulter ce qu’on veut sans que cela soit accumulé dans d’immenses banques de données, sans qu’on sache qui en fera quel usage dans le futur.
    Comment pouvons-nous exercer notre liberté d’opinion, à la base même de la démocratie, si nous sommes tous continuellement épiés ? Nous finirons par exprimer ce qu’il convient d’exprimer plutôt que de prendre le risque d’exprimer nos propres idées. Laisser les autres nous épier sans même que nous le sachions, c’est laisser les autres décider pour soi.

  • Gilles St-Pierre - Abonné 2 novembre 2016 22 h 10

    Merci Le Devoir


    De nous informer sur cette vidéoconférence de Snowden que plusieurs auraient manquée tout comme moi s'il n'y avait eu ce court article à la une pour nous la rappeler.

    Inutile de dire la pertinence de ce conférencier dans les circonstances où le Québec subit autant d'outrages à ses droits et liberté; le moment est plus que décisif et notre avenir dépend beaucoup des choix de société qui se feront très bientôt pour nous protéger de tout cette espionnage qui se fait de plus en plus à tout les niveaux dans nos vies, on se doit de réagir sinon pour nous, tout au moins pour les générations qui nous suivront.

    Vive la liberté et comme plusieurs, toujours pour elle je me battrai.

  • Pierre-James Marisseau - Abonné 2 novembre 2016 22 h 40

    Liberté?

    Merci du fond du coeur à l'équipe du Devoir d'avoir fourni une couverture médiatique à cette vidéoconférence qui fût d'extrême actualité considérant l'affaire Lagacé. Je n'ai pu y assiter en personne mais il m'a fait plaisir de vous générer une parcelle de traffic web afin de la visionner en direct.

    Je suis un de vos abonnés car je désir soutenir une démocratie forte. Vivante.
    Pour cela il est impératif d'avoir des organes de presse libres et indépendants. Un excellent choix éditorial ce soir. Facile, compte tenu du climat/contexte journalistique immédiat, mais tout de même excellent.

    Les enjeux technologiques de notre époque nous font marcher sur la corde raide. L'équilibre est délicat. Il nous importe d'examiner consciemment les choix qui se retrouvent devant nous pour ensuite prendre des décisions qui définiront les limites du pouvoir de demain.

    Le droit à la vie privée n'est effectivement pas une question d'avoir quelquechose à cacher ou non. Il est une question d'exister, librement.

    Merci Edward Snowden pour ce rappel.

    Ps: Fabien Deglise, vous avez du pain sur la planche pour vos mutations tranquilles. J'attends de vous lire.

  • Jean Lefebvre - Abonné 2 novembre 2016 23 h 51

    Vidéo privé?

    C'est bien dommage que ce vidéo n'est plus disponible.