«La Presse» met en demeure le SPVM

Photo: Olivier Zuida Le Devoir

Le quotidien La Presse a envoyé une mise en demeure au Service de police de la ville de Montréal (SPVM), mercredi. Le quotidien exige de ne pas « utiliser, copier ou transmettre les données » de son journaliste Patrick Lagacé.
 

« L’absence de précautions prises lors de la collecte de données relatives au téléphone cellulaire de M. Lagacé pour protéger les sources confidentielles de ce dernier est un scandale et une atteinte sans précédent à la liberté de presse », écrit Sébastien Pierre-Roy, avocat de La Presse, dans sa requête.

 

Lundi, le quotidien révélait que son chroniqueur vedette, Patrick Lagacé, avait été surveillé par le SPVM, entre janvier et juillet 2016. 

D’autres détails suivront.