Eva Ottawa nommée présidente du Conseil du statut de la femme

Eva Ottawa était jusqu’à tout récemment membre de la Commission des droits de la personne.
Photo: Source Twitter Eva Ottawa était jusqu’à tout récemment membre de la Commission des droits de la personne.

L’ex-grand chef de la nation Atikamekw, Eva Ottawa, a été nommée à la tête du Conseil du statut de la femme.

Le gouvernement Couillard a annoncé par voie de communiqué, jeudi après-midi, le nom de la successeure de Julie Miville-Dechêne, devenue représentante du Québec au sein de la Délégation permanente du Canada auprès de l’UNESCO au mois de mars dernier. 

La nomination a été approuvée par le conseil des ministres qui était réuni à Gatineau.

Eva Ottawa était jusqu’à tout récemment membre de la Commission des droits de la personne.

Détentrice de diplômes en sociologie et en droit, Mme Ottawa s’est impliquée pendant de nombreuses années dans sa communauté. Elle a occupé divers postes au sein du Conseil de la Nation Atikamekw et de la Commission Atikamekw, avant d’être membre de l’équipe de négociation de la nation autochtone.

En 2006, elle a été élue grand chef de la nation Atikamekw — la première femme à assumer cette fonction. Elle a été réélue en 2010, mais elle avait démissionné avant la fin de son mandat, en 2013.

Elle est ensuite devenue consultante pour les services éducatifs du Conseil des Atikamekw jusqu’en 2015, lorsqu’elle a été nommée à la Commission des droits de la personne.

2 commentaires
  • Christian Montmarquette - Abonné 8 septembre 2016 18 h 02

    Une fichue de bonne affaire

    Dans les tristes circonstances qu'on a connues au Québec, avec les policiers de la SQ de Val-d'Or.. Je crois que c'est une fichue de bonne affaire!

    - Cm

  • Jean-Pierre Papineau - Abonné 8 septembre 2016 18 h 44

    Félicitations à Mme Éva. Je suis de ceux qui espèrent qu'enfin le sort des amérindiens sur cette terre où vos ancêtres ont précédé les nôtres, soit amélioré sans limites pour que les peuples amérindiens aient enfin toute notre reconnaissance, la possibilté de vivre selon leurs traditions et bénéficier de tous les avantages d'une société moderne.
    JPPapineau