Un thé au château

Photo: Jacques Grenier

Thé, café et chocolat: des boissons aux origines exotiques mais qui ont su, au fil de l'histoire, se tailler une place de choix dans notre quotidien au point d'y influencer les objets domestiques. De la théière en étain en forme de poisson aux gobelets de porcelaine dans lesquels nos ancêtres dégustaient leur café, la table est mise pour de jolies découvertes au Château Ramezay.

Aux XVIe et XVIIe siècles, le commerce et les conquêtes ouvrent l'Europe au monde. De Chine, du Moyen-Orient et des Amériques débarquent alors quantité de marchandises étranges et précieuses — tissus moirés, fruits exotiques, pierres scintillantes... et trois boissons chaudes — thé, café et chocolat ) qui charmeront rapidement les palais.

Leur prix élevé les réserve longtemps aux nantis. La libéralisation du commerce et certaines découvertes techniques finiront pourtant par les rendre accessibles à tous.

Pour suivre la croissance de cette popularité, le musée du Château Ramezay propose de découvrir l'évolution de la vaisselle qu'ont inspirée la préparation et le service du thé, du café et du chocolat. Les matériaux utilisés devaient évidemment être résistants à la chaleur mais aussi traduire le raffinement, voire le statut social des utilisateurs du service.

Témoin, cette théière en argent ouvragé, frappée aux initiales de son propriétaire, pièce maîtresse d'un ensemble complet commandé au joaillier Henry Birks par un millionnaire montréalais. Ou ces fines tasses de porcelaine au fond desquelles le buveur découvre d'innombrables guirlandes de fleurs peintes à la main.

Autour de la vaisselle, le musée a rassemblé des illustrations d'hier — Van Houtte posant fièrement devant la première maison de torréfaction montréalaise — et des peintures d'aujourd'hui inspirées par le rituel du thé ou du café.

Des textes explicatifs relatent également quelques-unes des nombreuses anecdotes balisant le chemin des réconfortantes boissons.

Le curieux y apprendra notamment qu'à la fin du XVIIIe siècle, l'Angleterre était aux prises avec un réseau de contrebande de thé, mis sur pied pour contourner les taxes qui faisaient alors grimper de 119 % le prix des populaires feuilles séchées.

L'amateur de café sera quant à lui amusé de découvrir l'existence d'une pétition d'honnêtes femmes condamnant sa boisson préférée...

Ceux qui désirent en apprendre davantage pourront alors se donner rendez-vous aux prochaines conférences-dégustations organisées en marge de l'exposition.

Le samedi 28 février, les connaisseurs de la boutique Camellia Sinensis dévoileront les secrets de la préparation du thé.

Le 13 mars, l'organisme Équiterre attirera l'attention sur les conséquences économiques, sociales et politiques du commerce du café et présentera l'alternative que propose le commerce équitable.

***

Chaleur, luxe et volupté... L'univers du thé, café et chocolat

Jusqu'au 28 mars

Musée du Château Ramezay, 280, rue Notre-Dame Est

Vieux-Montréal (514) 861-3708
1 commentaire
  • Mélodie Bessette - Inscrite 20 février 2004 13 h 27

    Fameux

    Étant étudiante en technique de muséologie, j'ai déjà été voir cette exposition et je peux dire que sa vaut le détour.