Le garçon et le monde (V.F. de O Menino e o Mundo)

Photo: Cinéma du Parc

Alors qu’il coule des jours heureux dans son village, un enfant brésilien voit son père lui faire ses adieux pour partir travailler au loin. Le garçon, en proie à une profonde angoisse, part à la recherche de l’absent. De surprises en désenchantements, sa quête le conduit au coeur d’une mégapole où des monstres-machines et d’autres créatures inquiétantes asservissent une population complètement aliénée. Convoquant des techniques aussi diverses que le stylo à bille, le pastel à l’huile, le collage, la peinture sur pellicule et beaucoup d’autres encore, Alê Abreu (Garoto cosmico) aborde avec un regard poétique les grands jalons de l’histoire politique et sociale de l’Amérique du Sud au cours du XXe siècle. Le scénario kaléidoscopique, rythmé par des séquences oniriques, transcende les clichés pour faire du Garçon et le monde une oeuvre absolument unique et fascinante. Quasiment dépourvue de dialogues, cette fresque visuellement époustouflante épouse en fait le regard naïf et le caractère primesautier de l’enfance, et doit son souffle envoûtant à un amalgame bien dosé de différents styles de musiques brésiliennes.

Le garçon et le monde (V.F. de O Menino e o Mundo)

(2) Brésil. 2013, 80 minutes. Film d’animation d’Alê Abreu.