Un «party» de saison

L’une des recettes pour réussir un party est simple : de la bière, des hot-dogs ou des burgers, et surtout de la musique et de la bonne humeur.
Photo: iStock L’une des recettes pour réussir un party est simple : de la bière, des hot-dogs ou des burgers, et surtout de la musique et de la bonne humeur.

Si les célébrations de la Saint-Jean soulignent ici la fête des Québécois, la Saint-Jean était déjà grandement célébrée jadis, dans les campagnes françaises, pour rendre hommage à l’été et annoncer le retour vers des journées plus courtes…

La fin de semaine de la Saint-Jean, c’est aussi le vrai signe que l’été est arrivé, avec la fin des examens scolaires, les vacances qui pointent, les camps qui s’annoncent pour les jeunes et l’occasion pour bien des familles et des amis d’organiser des partys.

L’une des recettes pour réussir un party est simple : de la bière, des hot-dogs ou des burgers, et surtout de la musique et de la bonne humeur. Malgré l’évolution des moeurs alimentaires chez nous, on a conservé cette tradition festive. Celle-ci a toutefois gagné en raffinement.

Ainsi, aux bières prisées à l’époque se sont ajoutées celles des nombreuses microbrasseries qui sillonnent le Québec. La saucisse à hot-dog traditionnelle a elle aussi désormais de nombreux concurrents, et la chanson québécoise a traversé les frontières pour être mondialement reconnue.

Reste que cette fête, je la dédie notamment aux dépanneurs — un nom qui fait sourire les touristes —, qui « dépannent » vraiment ceux qui se retrouvent en panne de « munitions ». Comprendre : bière, glace, croustilles, etc. Que ferions-nous sans ces dépanneurs présents à travers le Québec ? Ouverts pendant de longues heures, ils viennent « au secours » d’une grande partie de la population pour qui la vie de quartier rime souvent avec désert alimentaire, ne comptant aucun supermarché dans leur coin.

Les fêtards gourmets

En 2016, les fêtards utilisent abondamment le barbecue, consomment bien souvent plus de vin que de bière, ajoutant au repas du bon pain et des fromages d’ici. Le tout encadré de musique du monde. C’est un peu le profil des nouveaux consommateurs qui détrônent petit à petit les baby-boomers dans leurs habitudes. Ils apprécient la mixologie, connaissent bien les scotchs, les whiskys, les gins et les vodkas. Ils sont aussi évidemment plus Web que télé et valorisent en général l’agroalimentaire et l’achat local.

Les célébrations entourant la Saint-Jean, c’est un peu la pause de la mi-temps, diront certains, l’occasion de profiter des beaux jours enfin arrivés. Avec la profusion de produits qui viennent petit à petit colorer les marchés publics du Québec et l’arrivée des premiers foins d’odeurs qui ne laissent personne indifférent, l’été tant attendu est enfin là.

C’est l’occasion de fêter en grand, de s’adonner aux épluchettes de blé d’Inde avant l’heure, de danser, de chanter, de goûter ces moments privilégiés de festivals que tous nous envient sur la planète.