La parole à nos lecteurs

FN : Amir Khadir, le cabotin

 

« C’est une Française qui arrive au Québec, alors on n’est pas pour la repousser. Ce serait lui servir la même médecine qu’elle sert aux immigrants comme moi. […] Comprenez-moi bien, c’est par humanisme que je me suis offert », a lancé Amir Khadir pour justifier sa rencontre avec Marine Le Pen, la leader du Front national (FN). Ah ! l’humour de gauche…

Ainsi, pendant que Françoise David refuse de s’asseoir à côté du chef péquiste à cause de son passé antisyndical, Amir Khadir lui, cherche à rencontrer la chef d’un parti d’extrême droite xénophobe pour lui donner des leçons d’humanisme ! Bonjour la cohérence ! Qu’espérait notre bon docteur ? Convertir le FN au socialisme et au multiculturalisme ? Gagner la sympathie des électeurs québécois par un énième coup d’éclat burlesque ? Au lieu de jouer au cabotin en essayant de séduire Mme Le Pen, Amir Khadir ferait peut-être mieux de préparer une coalition pour la prochaine élection québécoise, car, pour l’instant, c’est encore Philippe Couillard qui rit le plus fort dans sa barbe.


Yann Leduc
Montréal, le 20 mars 2016

 

Budget Leitão 2016: trinquons à la dette

 

Tout comme le ministre Leitão, je me réjouis que le gouvernement du Québec ait fini par atteindre l’équilibre budgétaire en 2015 et qu’il envisage de le maintenir au cours des cinq prochaines années. Contrairement à lui, cependant, je pense que les sacrifices exigés de la population pour y parvenir ont été excessifs. Et pour l’avenir, je ne suis guère rassuré de voir que son échafaudage repose sur des compressions « soft » à perpétuité dans les services publics et les programmes sociaux, ainsi que l’abstentionnisme économique. Mais l’essentiel n’est-il pas de contenir la dette ? C’est pourquoi dans ce budget « sans hausses d’impôts ni de taxes », le gouvernement ira chercher 400 millions de plus dans les taxes sur les boissons alcooliques et 72 millions de plus au moyen de l’indexation du prix de l’électricité patrimoniale afin d’engraisser le Fonds des générations. Mais apparemment, cela ne compte pas comme augmentation de taxes, puisque ces mesures ont été annoncées dans des budgets antérieurs. Je pourrai donc consacrer les 25 $ de rabais sur la taxe santé que m’accorde monsieur le ministre pour payer de quoi trinquer à la réduction de la dette, alors que me reviennent à l’esprit légèrement filtrés les vers célèbres d’Alfred de Musset :

Dans Québec la rouge, 
Pas un bateau qui bouge, 
Pas un pêcheur dans l’eau
Pas un falot


Pierre Beaulne
Montréal, le 18 mars 2016

 

Oléoducs : pourquoi pas des tuyaux à double coque ?

 

Pour le transport du pétrole par oléoduc, depuis toujours des tuyaux à paroi simple sont en usage. Pourquoi ne pas fabriquer des tuyaux à double coque pour mieux prévenir un déversement ? Cela pourrait atténuer la crainte des gens envers ce mode de transport.

Pour le déplacement du pétrole par bateau, on en est venu à ce genre de solution : les navires sont dotés d’une double coque, un système qui peut éviter, retarder ou diminuer des déversements lors d’accidents.

 

Georgy Bouffard
Matane, le 18 mars 2016