L’hermine

Photo: YouTube

À l’occasion d’une affaire sordide, un président de cour d’assise reconnaît dans l’une des jurées une femme dont il fut secrètement épris. Durant l’audition, le magistrat n’en pipe mot. La possibilité d’une idylle, merveilleusement développée au demeurant, n’est jamais aussi stimulante que le questionnement éthique auquel le cinéaste Christian Vincent convie le spectateur. Désormais spécialiste de ce type de personnages transformés tardivement par un amour inattendu, Fabrice Luchini (Confidence trop intimes, Les femmes du 6e étage, etc.) est, comme toujours, fabuleux. En jurée numéro 6, Sidse Babett Knudsen (Borgen) exsude une lumière qui crève l’écran, son jeu tout en regards et en silences complices. La vraisemblance de la prémisse tient d’ailleurs à l’intensité du rapport quasi muet que ces deux-là établissent d’office.

Horaire en salles