cache information close 

La parole à nos lecteurs

Convergence et QS

 

Le PQ appelle à la convergence des forces indépendantistes. Mais QS n’est pas chaud à l’idée. C’est à se demander s’ils sont vraiment indépendantistes et pas uniquement anti-PKP. Pensons à la très remarquée déclaration d’Amir Kadir : « L’indépendance si nécessaire, mais pas nécessairement l’indépendance. » Imaginez que c’est QS qui sollicite l’engagement du PQ sur la justice sociale. Que penser du PQ s’il répondait « la justice sociale si nécessaire, mais pas nécessairement la justice sociale » ? Poser la question, c’est y répondre. Encore récemment sur les ondes de Radio-Canada, Manon Massé affirmait à Michel C. Auger que QS s’opposait à l’idée de l’indépendance pour l’indépendance ! Pour un indépendantiste, difficile de faire confiance à des gens qui ravalent l’indépendance politique des peuples à un vulgaire moyen pour atteindre une autre fin.


Pierre Desfossés
Saint-Norbert d’Arthabaska, le 29 février 2016

 

Montréal, parent pauvre du ski de fond

 

Montréal accueille cette semaine une épreuve du circuit international de compétition de ski de fond. On peut et l’on doit s’en réjouir, mais en même temps, force est de constater que la ville ne valorise guère ce type d’activité physique nonobstant les propos que risquent de tenir certains élus. Les faits : est-ce que la ville dispose d’un site ayant la qualité d’entretien des sentiers comme c’est le cas à Laval avec les Coureurs des boisés ? Les amateurs de ski de fond de la région de Québec ont accès à deux installations exclusivement réservées au ski à roulette en dehors de la saison hivernale. Trouve-t-on un endroit de cette nature dans la ville aux cent clochers permettant ainsi de mieux composer avec les changements climatiques ? Enfin, plusieurs villes nordiques accordent une attention spéciale aux aménagements pour la pratique du ski de fond, telle Oslo. D’ailleurs, n’est-ce pas de la Norvège que l’on compte le plus de médaillés dans cette discipline ?


Jean-Pierre Girard
Montréal, le 29 février 2016
 


Une ministre pas féministe. Pas rassurant !

 

Dans une entrevue, la ministre Lise Thériault déclare, avec un brin de fierté semble-t-il, ne pas être féministe, mais pragmatique, prenant une posture plus individuelle que collective ; une terre-à-terre, bref une femme qui n’a pas de temps à perdre avec les analyses et qui fonce ! Enfin, me suis-je dit, une femme qui sait où elle va ! Parce que les féministes, c’est connu, défoncent des portes ouvertes, perdent leur temps à documenter des situations d’inégalité et de discrimination. Non, madame Thériault croit à l’égalité : les femmes n’ont qu’à prendre leur place. Une telle naïveté laisse pantois. Sa condescendance agace terriblement. Se disant « très à l’aise » avec les compressions imposées au Conseil du statut de la femme par son gouvernement, l’important est que l’argent soit sur le terrain, dit-elle, et non dans des études futiles, en déduit-on. Et on devrait se fier à la ministre confortablement installée dans cette posture idéologique pour défendre les dossiers sur la condition des femmes ? La ministre de la Condition féminine n’a manifestement aucune connaissance de l’histoire, des luttes féministes, des forces sociales en présence, visiblement inculte des sciences sociales et humaines pour lesquelles on pressent non seulement un préjugé défavorable, mais encore une fois une inculture qui frise l’obscurantisme. La ministre sera-t-elle aussi efficace à la Condition féminine qu’elle l’a été à la Sécurité publique, où elle a tardé à comprendre la gravité et l’ampleur de la violence faite aux femmes autochtones du Québec, et où à part les quelques larmes versées, il ne s’est rien passé de significatif, pas de changement de cap. Comme son manque d’ancrage dans les luttes féministes lui a nui pour comprendre la situation des femmes autochtones, il faut craindre qu’il en soit de même avec le mandat qui lui est confié maintenant de défense et de promotion de la condition des femmes au Québec.

 

Chantal Doré
Sherbrooke, le 28 février 2016