La voiture s'hybride

Cette année, les visiteurs du Salon international de l’auto de Montréal peuvent assister à une cinquantaine de dévoilements, dont la spectaculaire Saleen S7. Photo: Saleen
Photo: Cette année, les visiteurs du Salon international de l’auto de Montréal peuvent assister à une cinquantaine de dévoilements, dont la spectaculaire Saleen S7. Photo: Saleen

Les années se suivent et les voitures se ressemblent, diront certains. Pourtant, bien qu'on ne puisse réinventer la roue, de nouveaux modèles agrémentent nos routes et la tendance vers l'hybridation semble s'accentuer.

Paul Deutschman, designer spécialisé dans le domaine de l'automobile, est enchanté par la Toyota Prius et son moteur hybride. « Je pense que, d'ici 10 ou 15 ans, on va la considérer comme un pivot. À 28 000 $, elle n'est pas trop dispendieuse, considérant la technologie qu'on reçoit et son moteur hybride. Elle va forcer les autres à réagir, continue M. Deutschman, d'autant plus qu'elle offre beaucoup d'espace et qu'elle a un look acceptable : plutôt conventionnel, mais très aérodynamique. » Il souhaite que cette réussite puisse renverser la tendance d'acheter des 4X4.

Autre phénomène d'hybridation qu'on observe sur nos routes : celui des types de véhicules. Bien que fort pratique, tout le monde s'accorde pour dire que la minifourgonnette n'est pas un produit très excitant.

Pour lui donner un peu plus de mordant, Chrysler l'a croisée avec le 4X4 pour créer le Pacifica. De son côté, Cadillac travaille sur un modèle qui a le look d'un 4X4 mais qui est basé sur une plate-forme automobile. Aussi, l'Audi All Road est dotée d'une carrosserie de familiale qui tend elle aussi vers le 4X4.

Côté couleurs, les constructeurs et les consommateurs sont assez conservateurs, remarque Paul Deutschman. « Typiquement, une voiture est offerte dans une couleur non conventionnelle en plus des couleurs standards comme l'argent, le bleu, le rouge et le noir. »

Dernièrement, on a vu des vert lime égayer nos routes. On pourra aussi apercevoir d'intéressantes teintes d'orangé cette année, même si les couleurs moins traditionnelles tendent à être peu populaires auprès des consommateurs.

Le Salon de l'auto, une affaire de femmes !

Jadis chasse gardée de la gent masculine, le milieu de l'automobile aussi a changé. En fait, trois femmes occupent des postes clés dans l'organisation du Salon international de l'auto de Montréal. L'une d'elles, Diane Bélair, a accepté le poste de directrice exécutive du Salon en 1989. « À l'époque, les gens étaient surpris : en plus d'être une femme, j'étais jeune ! Bien sûr, on a voulu me tester un peu mais heureusement, j'étais habituée de négocier », se rappelle-t-elle.

Sa collègue, Carole Toubi, responsable des aires d'exposition générales et du soutien aux exposants, croit que la présence de femmes apporte une dimension intéressante : « Par nature, les femmes sont très attentives aux détails. C'est essentiel pour l'organisation d'un salon. » Monique Dufour, directrice des opérations, complète le trio.

Les femmes et les familles sont d'ailleurs très nombreuses à fréquenter le Salon. Bien qu'elles soient généralement moins intéressées au volet technique des voitures, le temps où leur impact se limitait au choix de la couleur est bien révolu ! « Environ 80 % des achats de voitures sont influencés par des femmes, signale Diane Bélair, et elles sont de plus en plus nombreuses à faire elles-mêmes le choix des voitures. »

Les manufacturiers ont dû s'adapter à cette réalité. Il suffit de rappeler qu'il n'y a pas si longtemps, on ne trouvait pas de miroir côté conducteur !

Espace design

Pour un salon grand public, il est essentiel de présenter aux visiteurs un endroit agréable, où il est facile de circuler. À sa 36e édition, le Salon doit toujours se réinventer pour que la clientèle prenne autant plaisir à le visiter. Ainsi, comme chaque année, l'équipe de Diane Bélair retourne à la table à dessin pour renouveler le look du salon : « Par exemple, nous changeons la place où sont situés les fabricants, mais aussi le design de la signalisation et la couleur du tapis d'allée. »

Les attractions spéciales occupent également une place toute particulière dans la personnalité du Salon. Cette année, les visiteurs peuvent assister à une cinquantaine de dévoilements, dont la spectaculaire Saleen S7. À 395 000 $US, on ne risque pas de voir souvent ce bolide au design exceptionnel dans les rues de Montréal !

Aussi au menu, un hommage au circuit de course de Mont-Tremblant, un montage spectaculaire de sept minutes de poursuite automobile et une exposition sur la fièvre du tuning, la modification des voitures.

***

- Deutschman Design

www.deutschmandesign.com

- Salon international de l'auto de Montréal : jusqu'à dimanche au Palais des congrès de Montréal

www.salonautomontreal.com