Le FRAPRU préfère le «social» à l’«abordable»

Le coordonnateur François Saillant demande au NPD de préciser ses intentions, mais il n’a pu parler à Thomas Mulcair, mardi à Montréal.
Photo: Jean-François Nadeau Le Devoir Le coordonnateur François Saillant demande au NPD de préciser ses intentions, mais il n’a pu parler à Thomas Mulcair, mardi à Montréal.

Passé par la porte de derrière pour faire son entrée à son rassemblement montréalais de mardi, Thomas Mulcair a ainsi évité une poignée de manifestants du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et quelques autres, inquiets notamment de ses positions à l’égard de la Palestine et de l’environnement.

Le FRAPRU s’inquiète de voir les principaux chefs ne pas s’intéresser suffisamment à la question du logement. « M. Mulcair a dit en juin qu’il va y avoir des incitatifs fiscaux pour construire 10 000 nouveaux logements en un an. Ce devrait être pour des logements abordables. Mais on aimerait d’abord savoir si ces incitatifs supposément abordables vont profiter à des gens qui en ont besoin ou à des promoteurs privés qui auront loisir de construire à peu près ce qu’ils veulent pour qui ils veulent, indique François Saillant, coordonnateur du FRAPRU. Les 500 millions promis en 2016-2017 seraient plus utiles s’ils étaient vraiment investis dans le logement social. »

 

L’équilibre d’abord ?

Les manifestants auraient aussi aimé savoir comment le Nouveau Parti démocratique (NPD) entend ne pas produire de déficit tout en favorisant le logement social.

« Est-ce que le déficit zéro est son engagement le plus important ou bien est-ce le logement ? Parce qu’on ne voit pas comment il va faire pour ne pas hausser les impôts et maintenir son objectif sur les logements », a expliqué François Saillant, déçu au final de ne pas voir Mulcair se montrer le bout du nez.

Le FRAPRU a pu parler il y a quelques jours à Justin Trudeau des libéraux.

« Si M. Mulcair n’arrive pas à maintenir l’équilibre budgétaire, comme c’est bien prévisible, va-t-il couper ses engagements en matière de logement ? »

Le FRAPRU demande donc à Thomas Mulcair de préciser ses propositions à l’égard du logement social, de façon à ce que les électeurs sachent vraiment à quoi s’en tenir sur la question.

4 commentaires
  • - Inscrit 9 septembre 2015 10 h 31

    La révélation !

    D'autres qui se rendent compte finalement, que le NPD c'est une prétention, qu'en réalité, avec Mulcair, c'est un parti de droite modérée.

  • - Inscrit 9 septembre 2015 17 h 00

    Autre révélation ! Mulcair conseiller de Harper ?

    On comprend le FRAPRU d"être inquiêt à propos de Mulcair ... il a déjà tenté de se faire engager comme conseiller de Harper en 2007 !

    http://www.ledevoir.com/politique/canada/443976/mu

  • Christian Montmarquette - Abonné 9 septembre 2015 17 h 43

    Étonnant..

    Cette critique apparait quelque peu étonnante, quand ont sait que le NPD veut couper dans les achats d'équipements militaires, notamment dans l'achat des F-35; et veut aussi imposer davantage les grandes entreprises; faire la lutte aux paradis fiscaux etc. Toutes des sources revenus supplmentaires pour financer le logement social.

    Mais sur le fond, je suis d'accord avec Saillant. Il faut rester vigilant et financer le logement social, et non le logement abordable.

  • Johanne Fontaine - Inscrite 9 septembre 2015 18 h 33

    Il faut que Mulcair se commette

    Logement abordable: cette expression
    est un leurre et sème la confusion,
    car elle ne correspond pas à la réalité qu'elle désigne.

    Ce qu'il faut,
    ce sont de véritables logement
    avec des loyers représentant
    25% des revenus des locataires.