Pawluck écope d’une peine avec sursis

Une jeune femme reconnue coupable de harcèlement criminel après avoir publié une photo d’un graffiti dépeignant le commandant de la police de Montréal avec une balle dans la tête s’est vu infliger une peine avec sursis, jeudi. Jennifer Pawluck, 22 ans, a été reconnue coupable en avril de harcèlement criminel pour avoir pris un cliché du graffiti et l’avoir publié sur son compte Instagram en 2013. La juge de la Cour du Québec s’est ralliée à une recommandation commune des deux parties d’une peine avec sursis, assortie de 18 mois de probation et de 100 heures de travaux communautaires. La jeune femme ne doit pas faire usage d’Instagram, Facebook ou Twitter dans la prochaine année, à l’exception de messages privés. Jennifer Pawluck ne pourra pas non plus publier quoi que ce soit concernant la police ou quiconque lié au système judiciaire. Le commandant Ian Lafrenière, la voix publique principale du Service de police de la Ville de Montréal à l’occasion d’événements majeurs, a affirmé au procès, en février, que le partage de cette image l’avait ébranlé, avait fait peur à ses enfants et avait forcé sa conjointe à un arrêt de travail.

À voir en vidéo