Une histoire d'enveloppe d'argent éclabousse Mascouche

Un autre candidat aux élections québécoises dit avoir accepté une enveloppe d'argent comptant du milieu municipal, en plus d'une «liasse» d'argent d'un entrepreneur immobilier.

En entrevue avec Radio-Canada, l'ancien candidat libéral David Grégoire affirme que le directeur général de la municipalité de Mascouche, Luc Tremblay, lui a offert une enveloppe contenant 3000 $ pendant sa campagne électorale en 2008, dans la circonscription de Masson, où il n'a pas été élu. «Je lui ai demandé c'était quoi ça. Puis il m'a dit: "ça pourrait être utile. C'est notre contribution"... J'étais déstabilisé.»

Un entrepreneur immobilier de la région, Luigi Salvatore, lui aurait offert une somme plus importante quelques jours plus tard, a ajouté M. Grégoire. Son organisateur électoral, Alain Gauthier, aurait interprété le don comme une promesse remplie par le grand organisateur libéral Georges Boudreault. M. Salvatore est ce même entrepreneur qui a vendu deux condos au rabais au maire de Mascouche, Richard Marcotte.

Luc Tremblay, Georges Boudreault et Alain Gauthier ont nié en bloc les allégations, selon Radio-Canada. C'est de la «bouffonnerie», a indiqué Luigi Salvatore. Dans un communiqué envoyé après la diffusion du reportage, le président de l'association de la circonscription de Masson, Marc Thompson, a qualifié les propos de David Grégoire d'«aussi surprenants que faux».

Les déclarations de David Grégoire s'ajoutent à celles des députés Serge Ménard et Nicolas Auclair, qui ont indiqué la semaine dernière que le maire de Laval, Gilles Vaillancourt, leur avait à chacun offert une enveloppe pour contribuer à leur campagne électorale. Le ministère des Affaires municipales procède actuellement à des vérifications au sujet de ces deux villes.

Contrairement à ces deux députés, David Grégoire a accepté les sommes d'argent offertes. Ses propos l'incriminent donc. Tant pis, selon l'ex-candidat, car «se taire, c'est encourager le système d'enveloppes brunes, au fond.»