Creux cyclique exceptionnel ou pas - Québec sera présent au Bourget

Ce n'est pas parce qu'il y a un creux cyclique exceptionnel dans l'industrie aérospatiale qu'il faut bouder le Salon du Bourget, le plus important au monde. «Il faut y être», déclare Charles Dieudé, directeur de la division des industries de matériel aérospatial et de défense au ministère québécois du Développement économique et régional.

Michel Audet, titulaire de ce nouveau ministère dans le gouvernement Charest qui remplace le ministère de l'Industrie et du Commerce dans le précédent gouvernement péquiste, ira donc à Paris à la tête cependant d'une délégation ministérielle plus modeste d'une douzaine de personnes. L'équipe gouvernementale cherchera plutôt à accompagner quelque 35 entreprises québécoises qui participeront à cet événement et qui, pour la plupart, tenteront surtout de développer de nouveaux contacts et de nouveaux partenariats plutôt que de faire des annonces spectaculaires portant sur des contrats de ventes ou la création d'entreprises conjointes.

Comme l'explique M. Dieudé, il s'agit surtout pour cette industrie québécoise de bien se préparer en vue d'une reprise significative dans ce secteur industriel qui, selon toute vraisemblance, n'aura certainement pas lieu avant au moins un an ou deux. Pour cette année en tout cas, le ministre ne participera à aucune annonce d'investissement qui impliquerait l'une ou l'autre des institutions qui relèvent du gouvernement.

M. Audet sera quand même entouré à cette occasion de Henri Roy, président par intérim de la Société générale de financement, de Jean Cyr, vice-président à Investissement Québec, de Jacques Girard de Montréal International et de quelques autres représentants de l'industrie. Il y aura notamment Jacques Olivier, maire de Longueuil, qui sera là de sa propre initiative en mission de prospection. Parmi les absents, il y aura les représentants de la zone de commerce international de Mirabel, laquelle tombe pour l'instant sous la responsabilité du ministre, du moins pour cette présence au Salon du Bourget.

Bombardier déclare présent

Du côté des grandes entreprises, Bombardier y sera évidemment. On ne prévoit pas d'annonces gigantesques, quoique trois moments ont été réservés au cours du Salon qui s'étendra du 15 au 22 juin pour des rencontres avec les médias. Les journalistes profiteront de ce Salon pour avoir des rapports plus rapprochés avec les hauts dirigeants, tels que Laurent Beaudoin et Paul Tellier. Bombardier traverse encore une forte période de turbulence.

Par ailleurs, Pratt & Whitney confirme d'ores et déjà que des annonces seront faites pendant ce Salon, sans préciser toutefois pour l'instant de quoi il s'agit. De toute façon, pour une entreprise de cette envergure, le Salon du Bourget qui a lieu tous les deux ans est incontournable, puisque c'est une occasion privilégiée pour y rencontrer des clients.

En 2002, le secteur aérospatial québécois a généré des ventes de 10,5 milliards et fournit du travail à 39 100 personnes, ce qui représentait près de 55 % de l'activité canadienne en ce domaine. En fait, le Québec arrive au sixième rang mondial, après les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon. Plus de 80 % de la production québécoise est exportée. Entre 1995 et 2001, les ventes ont augmenté de 83 % et l'emploi de 31 %. En revanche depuis 2001, les emplois au Québec ont régressé de 5 % ou de 2000, en comparaison d'une perte de 30 000 emplois ou de 7 % en Europe. Aux États-Unis, le nombre d'emplois a régressé de 85 000.

À voir en vidéo